Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"W'ere in the Brexs*it"

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit : vers un vote de censure contre Theresa May ?

En savoir plus

POLITIQUE

Mouvement des gilets jaunes : L'exécutif en pleine tempête

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Michelle Obama : la première First Lady afro-américaine se raconte

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Dix ans après sa mort, hommage à Youssef Chahine

En savoir plus

L’invité du jour

Simon Baker : "Le Brexit peut menacer la circulation des œuvres d’art en Europe"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Rafael Correa : "Il y a un coup d'État en Équateur"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Le TGV marocain "Al-Boraq", vitrine du savoir-faire français

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Le string n'est pas une preuve de consentement"

En savoir plus

Découvertes

L'emoji serpent, arme sexiste de diffamation massive

© Mashable FR | En slang ("argot", en anglais), "snake" est un mot dépréciatif utilisé pour qualifier une personne de "sournoise" ("sneaky", en anglais), louvoyant autour de sa proie, dans toute sa perfidie.

Texte par Émilie LAYSTARY

Dernière modification : 22/09/2016

Une utilisation inédite de l'emoji "serpent" a récemment émergé sur la Toile. Posté à répétition sur des comptes Instagram, il sert à diffamer certaines femmes pendant que dans les mêmes polémiques, leurs alter egos masculins sont épargnés.

"Aucun mec ne peut baiser que sa femme" : dans la bouche de Johnny Hallyday, cette citation aux allures de vérité générale sonne comme une maxime de virilité. Vous l'entendez, la voix rauque et chaleureuse du mâle alpha ?

Pourtant, en matière d'infidélité (même quand les tromperies ne sont pas avérées – le comble), on change immédiatement de disque en parlant des femmes – tentatrices sans vergogne, immorales manipulatrices, traîtresses qui ne méritent que le caniveau : elles sont forcément celles qui ont tout gâché, ruiné, saboté. Or, à l'heure où nous écrivons ces lignes, pour faire l'amour, il faut encore être deux.

VOIR AUSSI : On veut des Lego mettant en scène "les femmes de la Nasa"

Chose à la fois fascinante et complètement inquiétante : sans effort, les phénomènes de groupe sur Internet prennent une dimension que l'existence IRL ne permettait pas. Pour diffamer les femmes accusées d'avoir détourné les hommes du droit chemin, il y a désormais le harcèlement (de véritables flood) par voie d'emojis.

Snake, un mot d'argot anglo-saxon

Il y a plusieurs mois, une utilisation inédite de l'emoji "serpent" a émergé. En slang ("argot", en anglais), "snake" est un mot dépréciatif utilisé pour qualifier une personne de "sournoise" ("sneaky", en anglais), louvoyant autour de sa proie, dans toute sa perfidie.

Celui-ci a été massivement posté dans des commentaires sous des photos de (ou sur lesquelles apparaissaient) Sofia Richie que de nombreux fans de Justin Bieber et/ou Selena Gomez n'ont pas supporté de voir sortir avec le chanteur...

... sous des photos de la chanteuse Rita Ora et de la styliste Rachel Roy accusées d'être l'amante dont Beyonce parle dans son morceau "Lemonade", ou plus récemment encore, sous des photos de Marion Cotillard soupçonnée d'avoir eu un rôle dans la séparation du couple Brad Pitt / Angelina Jolie...

Mais cet emoji s'est également retrouvé sous des photos de Taylor Swift que personne ne veut croire lorsqu'elle affirme avoir écrit une chanson pour Calvin Harris.

Ainsi, il n'y a pas qu'en matière de coucheries que les femmes ont régulièrement à porter le chapeau des clichés : trop souvent, elles sont manipulatrices là où on décrit volontiers les hommes comme tacticiens, calculatrices quand ils sont stratèges, tyranniques lorsqu'ils sont sévères mais justes, hystériques alors qu'ils sont simplement passionnés, bruyantes quand ils sont à l'aise, infantiles lorsqu'ils sont juste taquins, trop grosses là ils ont juste un embonpoint...

Heureusement bien sûr, toutes les femmes ne sont pas traitées de la sorte. Mais ces clichés perdurent suffisamment pour continuer à le dire : pernicieux, le sexisme s'habille en détails quotidiens. 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 22/09/2016