Accéder au contenu principal

"Nos ancêtres les Gaulois" : à Dakar, Valls mouche Sarkozy

Le Premier ministre français Manuel Valls à Dakar, le 22 septembre 2016.
Le Premier ministre français Manuel Valls à Dakar, le 22 septembre 2016. Seyllou / AFP

Les propos de Nicolas Sarkozy sur "nos ancêtres les Gaulois" n'en finissent pas de faire polémique. Manuel Valls a répliqué jeudi, estimant que "si nous sommes français, ce n'est pas à travers nos origines" et défendant une France métissée.

Publicité

"Dès que vous devenez français, vos ancêtres, ce sont les Gaulois" : la petite phrase de Nicolas Sarkozy n'est pas passée inaperçue, et depuis lundi, la polémique ne désenfle pas. Jeudi 22 septembre, c’est Manuel Valls qui a répliqué aux propos du candidat à la primaire de la droite. S’exprimant depuis Dakar, devant la communauté française au Sénégal, le Premier ministre a mouché l’ancien président, sans le citer nommément.

>> Sur France 24 : Nicolas Sarkozy à Calais : mauvaise foi et approximations

"Si nous sommes français, ce n'est pas à travers nos origines, nos religions ou notre couleur de peau. C'est tout simplement parce qu'il y a une histoire que nous partageons", a déclaré Manuel Valls, citant notamment les deux guerres mondiales et la participation de troupes africaines. "La force de notre pays c'est sa diversité, son métissage, son amour pour ses valeurs qui restent profondément universelles", a-t-il insisté. "La France est aujourd'hui une société métissée, mélangée, par l'apport de l'immigration, de toutes les immigrations".

Manuel Valls a aussi répliqué, près de 10 ans après, au controversé discours de Dakar tenu par le président Sarkozy en juillet 2007, dans lequel celui-ci avait affirmé que "l'homme africain" n'était "pas suffisamment entré dans l'Histoire". "Avec la montée des populismes qui se nourrissent de la peur, du repli sur soi, du regard sur l'autre, la construction de ce pont entre la France, l'Europe et l'Afrique est pour moi quelque chose qui est fondamental pour l'humanité", a-t-il dit. "Je crois profondément que l'homme africain est plus que jamais dans l'histoire. Et que notre avenir se joue profondément ici et ensemble", a-t-il plaidé.

"La France, c'est un arbre avec des racines partout dans le monde"

Le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, a également saisi l'occasion pour moquer Nicolas Sarkozy.  Lors du conseil des ministres du 22 septembre,  Stéphane Le Foll a donné une petite leçon de généalogie du peuple français, remontant l'Histoire de France de la préhistoire à l'arrivée des Francs. 

"Le peuple français avait une multitude d'aïeux en-dehors des Gaulois. On a eu des Néandertaliens en France, il y a eu des homo-sapiens, après il y a eu effectivement des Gaulois, qui étaient des Celtes d'ailleurs", a déclaré le ministre de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt. Il ne s'est pas arrêté là, énumérant la multitude de peuples qui sont passés par les actuelles frontières de l'Hexagone avant de conclure : "La France, c'est un arbre avec des racines partout dans le monde".

Les présidents en porte-à-faux

En meeting lundi en région parisienne, Nicolas Sarkozy a affirmé que "nous ne nous contenterons plus d'une intégration qui ne marche plus, nous exigerons l'assimilation. Dès que vous devenez français, vos ancêtres sont gaulois". Sa sortie a fait réagir les réseaux sociaux qui se sont empressés de faire dialoguer Nicolas Sarkozy avec ses prédécesseurs, François Mitterrand et Jacques Chirac. Les deux anciens présidents avaient eux aussi été amenés à s’interroger sur les racines de la France et, bien que de bords politiques différents, ni l’un ni l’autre ne portait le même regard sur la question que Nicolas Sarkozy.

En 1987, à l’occasion d’un colloque sur "La France et la pluralité des cultures" organisé à Sorbonne, François Mitterrand présentait les Français comme "des Gaulois, un peu Romains, un peu Germains, un peu juifs, un peu Italiens, un peu Espagnols, de plus en plus Portugais peut-être qui sait ? Polonais ?" Ajoutant malicieusement : "Et je me demande si déjà nous ne sommes pas un peu Arabes ?". "Je reconnais que voici une phrase imprudente. C'est celle-là qui sera épinglée", soulignait le chef de l'État.

En 1998, lors de la traditionnelle interview du 14-Juillet, Jacques Chirac était lui aussi interrogé sur l'origine de la France. "Vous savez, la France - historiquement - a une origine plurielle. Nous revendiquons en permanence nos origines judéo-chrétiennes, latines, le fait que nous descendons des Gaulois, ce qui n'a rien à voir", répondit-il. "Nous avons un pays, dont le nom, la France, est emprunté à d'autres tribus, les Francs. Ce qui était très différent", affirmait le président de la République. Et alors que la France était en pleine euphorie après la victoire de la France "black-blanc-beur" au Mondial de football, Jacques Chirac ajouta en parlant des Bleus : "Cette équipe à la fois tricolore et multicolore donne une belle image de la France dans ce qu'elle a d'humaniste, de fort, de rassembleur".

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.