Accéder au contenu principal
Dans la presse

"Génération jihadiste"

Capture d'écran France 24

Au menu de cette revue de presse française, les chiffres inquiétants de la radicalisation des mineurs en France et l’identité française en débat, à l’heure où le fait religieux est de plus en plus présent sur le lieu de travail des Français.

PUBLICITÉ

À l’heure où quatre adolescents en lien avec l’organisation État Islamique viennent d’être arrêtés à Paris et en région parisienne, Le Figaro titre sur la "contagion de la radicalisation islamiste". Selon ce quotidien, près de 2000 mineurs seraient signalés comme radicalisés en France. Un chiffre en augmentation de 121 % depuis janvier, notamment parmi les jeunes filles, de plus en plus nombreuses à tomber sous l’emprise des recruteurs. Selon le psychanalyste Patrick Amoyel, interrogé par Le Figaro, "les adolescents sont par nature plus extrêmes dans leurs choix et n’ont pas la même conscience de la mort que les adultes ». Il y a dit-il « un terreau de radicalité propre à l’adolescence". Le quotidien de droite s’inquiète de ce qu’il qualifie de "génération jihadiste". Pour Yves Thréard, "face à ce fléau, la reprise en main de notre système scolaire s’avère urgente".

Le thème de l’identité est à la une de plusieurs quotidiens. La Croix s’interroge : "L’identité, vrai ou faux débat ?". Pour l’historien Patrick Boucheron, "cette thématique nous obsède depuis peu de temps". Tout au long des 19e et 20e siècles, le débat public était structuré par d’autres paradigmes comme le progrès ou l’égalité. Selon lui, "on se pose la question de l’identité dès lors qu’on désespère de l’histoire, lorsqu’on oublie qu’une identité nationale est le projet que collectivement on se donne".

Pour Libération, l’identité française est une identité plurielle. Le journal de gauche a donné la parole à des femmes musulmanes de tous âges et de toutes classes sociales à l’heure "où leurs corps et leurs libertés cristallisent le débat politique".
Selon le quotidien, au-delà des divergences, un sentiment commun émerge, celui "de faire les frais d’un amalgame avec le terrorisme, d’être ostracisée dans son propre pays".

L'identité religieuse est de plus en plus visible dans la société civile et notamment au travail, souligne La Croix. Selon une étude sur le fait religieux en entreprise, 65% des salariés en France disent avoir observé une ou plusieurs manifestations du fait religieux dans leur entreprise en 2016, soit 15 points de hausse par rapport à 2015. Les cas conflictuels restent inférieurs à 10%, mais eux aussi sont en augmentation.

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.