MAROC

Maroc : le caricaturiste Khalid Geddar demande une protection après des menaces de mort

Khalid Geddar a reçu des menaces de mort après avoir posté le dessin lié à l'assassinat d'un écrivain jordanien.
Khalid Geddar a reçu des menaces de mort après avoir posté le dessin lié à l'assassinat d'un écrivain jordanien. Capture d'écran France 24

Khalid Geddar a demandé la protection de la police après avoir reçu des menaces de mort, ont dévoilé lundi des sources concordantes. Le caricaturiste marocain avait posté sur Facebook un dessin lié à l'assassinat d'un écrivain jordanien dimanche.

Publicité

Célèbre caricaturiste marocain et directeur de la revue satirique Baboubi, Khalid Geddar a demandé à être placé sous protection policère après avoir reçu des menaces de mort.

Le dessinateur a publié dimanche sur son compte Facebook la caricature qu'avait postée cet été Nahed Hattar, un écrivain et journaliste jordanien tué par balles dimanche à Amman.

Ce dessin montre un jihadiste barbu sur un lit, au paradis, entouré de deux femmes et s'adressant à Dieu comme à un simple serviteur. Après sa publication, les autorités jordaniennes avaient engagé des procédures judiciaires contre Nahed Hattar pour "incitation à la discorde confessionnelle" et "insulte" à l'islam, qui interdit toute représentation de Dieu.

"Un appel à me tuer"

En réaction à cet hommage posthume, le dessinateur marocain Khalid Geddar a reçu plusieurs messages et commentaires menaçants, l’un d’eux appelant explicitement à le tuer : "Votre sort, c'est la mort et l'égorgement, vous êtes l'ennemi de Dieu".

"Je considère que ce commentaire est une menace directe, un appel à me tuer, juste parce j'ai republié le dessin qui a mené à la mort de l'écrivain jordanien", a-t-il déclaré à l'AFP.

Il a appelé les autorités marocaines "à protéger son intégrité physique". "La police doit ouvrir une enquête et ne peut pas laisser impuni ce genre d'appels à la haine, à la violence et à la mort", a-t-il souligné.

Avec AFP
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine