Accéder au contenu principal
MAROC

Maroc : le caricaturiste Khalid Geddar demande une protection après des menaces de mort

Khalid Geddar a reçu des menaces de mort après avoir posté le dessin lié à l'assassinat d'un écrivain jordanien.
Khalid Geddar a reçu des menaces de mort après avoir posté le dessin lié à l'assassinat d'un écrivain jordanien. Capture d'écran France 24
2 mn

Khalid Geddar a demandé la protection de la police après avoir reçu des menaces de mort, ont dévoilé lundi des sources concordantes. Le caricaturiste marocain avait posté sur Facebook un dessin lié à l'assassinat d'un écrivain jordanien dimanche.

Publicité

Célèbre caricaturiste marocain et directeur de la revue satirique Baboubi, Khalid Geddar a demandé à être placé sous protection policère après avoir reçu des menaces de mort.

Le dessinateur a publié dimanche sur son compte Facebook la caricature qu'avait postée cet été Nahed Hattar, un écrivain et journaliste jordanien tué par balles dimanche à Amman.

Ce dessin montre un jihadiste barbu sur un lit, au paradis, entouré de deux femmes et s'adressant à Dieu comme à un simple serviteur. Après sa publication, les autorités jordaniennes avaient engagé des procédures judiciaires contre Nahed Hattar pour "incitation à la discorde confessionnelle" et "insulte" à l'islam, qui interdit toute représentation de Dieu.

"Un appel à me tuer"

En réaction à cet hommage posthume, le dessinateur marocain Khalid Geddar a reçu plusieurs messages et commentaires menaçants, l’un d’eux appelant explicitement à le tuer : "Votre sort, c'est la mort et l'égorgement, vous êtes l'ennemi de Dieu".

"Je considère que ce commentaire est une menace directe, un appel à me tuer, juste parce j'ai republié le dessin qui a mené à la mort de l'écrivain jordanien", a-t-il déclaré à l'AFP.

Il a appelé les autorités marocaines "à protéger son intégrité physique". "La police doit ouvrir une enquête et ne peut pas laisser impuni ce genre d'appels à la haine, à la violence et à la mort", a-t-il souligné.

Avec AFP
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.