Accéder au contenu principal

Trump promet "de taper plus fort" sur Clinton au prochain débat

Donald Trump devant ses partisans dans un hangar en bord de piste à l'aéroport de Melbourne, le 27 septembre 2016.
Donald Trump devant ses partisans dans un hangar en bord de piste à l'aéroport de Melbourne, le 27 septembre 2016. AFP

Au lendemain du débat présidentiel américain, Donald Trump, sûr de sa prestation, a violemment attaqué sa rivale Hillary Clinton. Il a notamment promis de "taper plus fort" sur la candidate démocrate lors du prochain débat, le 9 octobre.

PUBLICITÉ

Donald Trump, revenu aux fondamentaux de sa campagne des primaires pour regonfler le moral de ses troupes, a violemment attaqué Hillary Clinton au lendemain d'un débat télévisé historique remporté selon les observateurs par la démocrate.

>> À relire sur France 24 : "Les temps forts du premier débat Clinton - Trump"

S'attribuant la victoire au débat, le milliardaire a éreinté mardi soir sa rivale, reprenant le surnom qu'il n'avait pas osé utiliser pendant l'émission : Hillary-la-crapule. "Il n'y a pas plus malhonnête qu'elle", a-t-il lâché au cours d'un spectaculaire meeting dans un hangar en bord de piste à l'aéroport de Melbourne, en Floride.

Pour voir les vidéos et photos sur votre smartphone, cliquez ici

"J'ai retenu mes coups, je ne voulais rien faire qui puisse la gêner, mais je l'ai observée, elle est coincée dans le passé", a déclaré Donald Trump, acclamé par une foule déchaînée de plusieurs milliers de personnes.

Signe que le républicain n'est pas si satisfait que cela de sa prestation, et il a promis de "taper plus fort" lors du prochain débat, le 9 octobre.

Mais le candidat a semblé nerveux, oubliant de parler du mur à la frontière avec le Mexique qui constitue la pièce maîtresse de son programme présidentiel. "Construisez le mur !" ont entonné ses partisans. "Nous construirons le mur à 100 %", a répondu Donald Trump.

Sûre d'avoir dominé le milliardaire lors du débat de lundi soir, qui a été suivi par un nombre record de 84 millions de téléspectateurs, Hillary Clinton estime de son côté avoir prouvé que le magnat de l'immobilier n'avait ni le caractère ni les compétences pour succéder à Barack Obama.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.