Accéder au contenu principal

La CPI ouvre une enquête préliminaire sur la crise postélectorale au Gabon

Les violences postélectorales au Gabon ont fait au moins six morts selon le bilan officiel.
Les violences postélectorales au Gabon ont fait au moins six morts selon le bilan officiel. Marco Longari, AFP

À la demande du gouvernement d'Ali Bongo, la Cour pénale internationale a ouvert une enquête préliminaire pour examiner les informations fournies par Libreville, qui rapporte des faits relevant de "l'incitation à commettre le crime de génocide".

PUBLICITÉ

La Cour pénale internationale a annoncé, jeudi 29 septembre, l'ouverture d'une enquête préliminaire sur la situation au Gabon, à la demande du gouvernement d'Ali Bongo.

Dans un communiqué, la procureure Fatou Bensouda indique qu'elle examinera les informations disponibles avant de décider s'il y a lieu d'ouvrir une enquête formelle. Elle explique que la demande émane du gouvernement gabonais, qui fait part de "faits relevant de l'incitation à commettre le crime de génocide" et de "crimes contre l'humanité", qu'il attribue aux militants favorables au candidat d'opposition Jean Ping.

Ali Bongo, dont la famille dirige le Gabon depuis près de cinquante ans, a été déclaré vainqueur de l'élection présidentielle du 27 août 2016 avec moins de 6 000 voix d'avance sur son adversaire Jean Ping. Ce dernier conteste toujours ce résultat.

Sa courte victoire a provoqué des émeutes début septembre, qui ont fait six morts selon un bilan officiel.

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.