Accéder au contenu principal

Tensions au Cachemire : l'Inde annonce des "frappes chirurgicales", deux soldats pakistanais tués

L'Inde et le Pakistan revendiquent tous deux la région himalayenne du Cachemire depuis la Partition de 1947.
L'Inde et le Pakistan revendiquent tous deux la région himalayenne du Cachemire depuis la Partition de 1947. Tauseef Mustafa, AFP

Après l'attaque d'une base indienne au Cachemire, région frontalière que l'Inde se dispute avec le Pakistan, New Delhi a annoncé, jeudi, avoir mené des frappes sur la ligne de démarcation. Islamabad accuse son voisin d'avoir tué deux soldats.

PUBLICITÉ

L'Inde a annoncé, jeudi 29 septembre, avoir mené des "frappes chirurgicales" contre des camps rebelles le long de la ligne de démarcation de la région contestée du Cachemire, frontière de facto entre l'Inde et le Pakistan, Islamabad faisant de son côté état de deux soldats pakistanais tués.

"Des équipes de terroristes s'étaient positionnées dans des bases le long de la ligne de contrôle pour rentrer clandestinement et perpétrer des attaques terroristes (en Inde)", a indiqué le lieutenant-général Ranbir Singh lors d'une conférence de presse à New Delhi.

Ces frappes ont fait "un nombre significatif de victimes dans les rangs des terroristes et de ceux qui essayent de les soutenir", a-t-il ajouté, sans préciser si ces frappes avaient été menées par voie terrestre ou aérienne.

Au même moment, l'armée pakistanaise a accusé les troupes indiennes d'avoir tué deux de ses soldats le long de la ligne de contrôle.

"Les troupes pakistanaises ont répondu à des tirs indiens non provoqués sur la ligne de contrôle", a indiqué l'armée pakistanaise dans un communiqué.

Dix-huit soldats indiens tués en septembre dans l’attaque de la base militaire d’Uri

Le gouvernement de Narendra Modi était incité à prendre des mesures de rétorsion après l'attaque de la base militaire indienne d'Uri au Cachemire le 18 septembre dernier. Dix-huit militaires indiens avaient trouvé la mort dans l'assaut à la grenade et à l'arme automatique de quatre militants du groupe jihadiste Jaish-e-Mohammed, basé au Pakistan voisin. Cette attaque était la plus meurtrière dans la région depuis plus d'une décennie.

L'Inde accuse le Pakistan de soutenir en sous-main les infiltrations et la rébellion armée dans la partie du Cachemire contrôlée par New Delhi, ce qu'Islamabad a toujours démenti.

New Delhi est également à l'offensive sur le plan diplomatique pour tenter d'isoler Islamabad. L'Inde s'est retirée d'un sommet régional qui doit se tenir le mois prochain dans la capitale pakistanaise, entraînant à sa suite le Bangladesh, l'Afghanistan et le Bhoutan.

L'Inde et le Pakistan revendiquent tous deux la région himalayenne du Cachemire depuis la Partition de 1947. Des dizaines de milliers de personnes, en grande majorité des civils, ont perdu la vie dans ce conflit.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.