Accéder au contenu principal

Accueil des réfugiés : "Les pays riches ne prennent pas du tout leur part"

Un homme lors d'une manifestation de soutien aux migrants et aux réfugiés dans la "jungle" de Calais le 1er octobre 2016.
Un homme lors d'une manifestation de soutien aux migrants et aux réfugiés dans la "jungle" de Calais le 1er octobre 2016. Philippe Huguen, AFP

Alors que 86 % des réfugiés sont accueillis dans des pays en voie de développement, Amnesty international dénonce dans un rapport, publié mardi, l'égoïsme des pays riches qui ne fait qu'aggraver la crise selon l’ONG.

PUBLICITÉ

Les chiffres sont spectaculaires : 86 % des réfugiés dans le monde sont accueillis dans des pays en voie de développement et dix pays, représentant moins de 2,5 % du PIB mondial, accueillent à eux seuls 56 % des réfugiés de la planète, souligne Amnesty international dans un rapport rendu public mardi 4 octobre 2016. La conclusion de l’ONG est cinglante : "l’égoïsme des pays riches aggrave la crise des réfugiés".

L’exemple des réfugiés syriens illustre bien ce déséquilibre : "le Royaume-Uni a accepté de recevoir moins de 8 000 Syriens depuis 2011, tandis que la Jordanie – qui compte presque 10 fois moins d'habitants et dont le PIB représente 1,2 % de celui du Royaume-Uni – en accueille plus de 655 000", souligne le rapport.

Outre la Jordanie, la Turquie (plus de 2,5 millions de personnes), le Pakistan (1,6 million) et le Liban (1,5 million) sont les pays qui ont accueilli le plus de réfugiés, souligne le rapport sur la base de chiffres du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) notamment. Dans les dix pays accueillant le plus de réfugiés, on ne trouve aucun pays européen ou d’Amérique du Nord.

Pour voir les images et vidéos sur vos tablettes et mobiles, cliquez ici.

"Les pays les plus riches maintiennent les réfugiés à distance"

L’absence de volonté politique des pays développés est "totale", déplore Amnesty. Pire : "Beaucoup parmi les pays les plus riches allouent des ressources significatives pour que les populations réfugiées restent dans les pays les moins riches", dénonce le rapport.

"L’accord entre l’Union européenne et la Turquie maintient à distance les réfugiés quel que soit le prix pour eux en termes de condition d’accueil et de risque de refoulement vers la Syrie", a précisé à France 24 Jean-François Dubost, le responsable du programme de protection des populations à Amnesty international France. "Ce maintien à distance des réfugiés" se traduit aussi par des choix financiers qui n’aident en rien les réfugiés : "Eurosur, le système de surveillance de la Méditerranée coûte des millions d’euros chaque année alors que la mise en place d’un système de sauvetage à moindre frais est possible", relève ainsi Jean-François Dubost qui évoque aussi "tout cet argent dépensé par le gouvernement hongrois pour organiser un référendum… sur les réfugiés".

Amnesty déplore, par ailleurs, le sous financement des urgences humanitaires concernant les réfugiés. "Cela peut paraître évident mais nous avons besoin de davantage d’investissements dans la prévention et le règlement des conflits", confirme Céline Schmitt, porte-parole du HCR. "En 2016, nous n’avons pu mettre en œuvre que 50 % de nos programmes. On a dû définir des priorités", ajoute-t-elle. En marge du sommet des Nations unies du 19 septembre 2016 organisé à New York sur les réfugiés, 52 pays ont promis d'augmenter leurs investissements en aide humanitaire de trois milliards de dollars.

Définir des critères objectifs

Avec 21 millions de personnes, les réfugiés représentent 0,3 % de la population mondiale. Pour le responsable du programme de protection des populations à Amnesty international France, la crise mondiale des réfugiés porte mal son nom : "Cela induit que c’est des réfugiés que vient le problème alors que l’on parle de millions de personnes jetées malgré elles sur les routes. C’est davantage une crise des États, des dirigeants de ces États et des responsables politiques".

Que les pays en voie de développement ou les pays voisins des zones de conflit continuent à assumer de manière aussi disproportionnée l’accueil des réfugiés est "une situation intenable", estime Amnesty. L'ONG appelle donc tous les pays à "accepter une proportion équitable" de réfugiés. Et pour établir la juste capacité d’accueil de chaque état, l’ONG propose de s’en tenir à des critères objectifs tels que le PIB, la population, les perspectives d’emploi, le chômage, le nombre de refugiés déjà accueillis…

Lors du sommet de New York à l’ONU le 19 septembre 2016, les pays participants sont tombés d’accord sur la nécessité d’un partage renforcé de l’accueil des réfugiés. Mais aucune mesure contraignante n’a été adoptée. Une occasion manquée ? "C’est une étape. Le travail pour répondre de façon concrète à l’accueil des réfugiés va continuer", nuance la porte-parole du HCR. La ligne d’horizon désormais : l'adoption d'un pacte mondial sur les réfugiés en 2018.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.