Accéder au contenu principal
Dans la presse

"Emmanuel Macron, l'hologramme"

France 24

Au menu de cette revue de presse française, mardi 4 octobre, les inquiétudes de Libération face à la «saturation» des services antiterroristes, la satisfaction du Figaro face à la mobilisation des réservistes, le phénomène Macron le retour de la polémique sur la «théorie du genre», et le braquage de Kim Kardashian à Paris.

Publicité

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
A la Une de la presse française, ce matin, l’inquiétude de Libération face à la saturation qui guetterait la lutte antiterroriste.
 
D’après Libé, les juges, les procureurs, les services de renseignement seraient «au bord du burn out». Le journal évoque des enquêtes «tentaculaires », et une «explosion du nombre de procédures», dans un contexte de menace historique. «Tous les rouages sont submergés», alerte le journal, qui se demande s’il n’y a pas une «faille» dans l’arsenal juridique. «La communauté du renseignement estime qu’il reste beaucoup à faire du côté de la coordination et du décloisonnement des services de renseignement, de police et de justice», écrit Libé, qui juge qu’il faut aussi «améliorer la diversité et la variété du recrutement, en s’inspirant des Britanniques notamment». «L’enjeu, explique Libération, c’est de mieux cibler le renseignement en évitant la «pêche au gros»» qui aurait tendance à «submerger les services d’informations inutiles à vérifier». Toujours dans ce contexte de menace terroriste élevé, le Figaro relève, quant à lui, que le nombre de réservistes a «fortement progressé dans l’armée, la gendarmerie et la police» - une mobilisation dans laquelle le journal voit l’expression d’un «nouveau patriotisme» salutaire. «Le mépris des forces de l’ordre, l’antimilitarisme de papa ont largement vécu», se félicite le journal.
 
A la rubrique éco, il est beaucoup question, des tentatives du gouvernement pour sauver l’usine Alstom de Belfort. Pour tenter de sauver le site et les 400 emplois qui lui sont associés, et pour la première fois, l’Etat devrait acheter des TGV en propre, d’après les Echos, qui rapportent également que le solde des ouvertures et des fermetures d’usines en France est positif pour le deuxième trimestre consécutif, encore une première, depuis 2009. «L’industrie française a mis fin à l’hémorragie des usines», annonce le journal, qui précise, néanmoins, qu’il faudrait 21 ans, au rythme actuel, pour remplacer les 605 usines perdues par la France depuis 2009.
 
Le dossier Alstom, qu’Emmanuel Macron a certainement vu passer sur son bureau, alors qu’il était ministre de l’Economie. Dégagé désormais de ses obligations gouvernementales, il dit vouloir présenter les enseignements tirés de sa «longue marche», de sa rencontre avec les Français, d’après Libération, qui rapporte que l’ex-ministre sera aujourd’hui à Strasbourg pour faire état d’un «diagnostic» «aux allures de plate-forme programmatique pour candidat à la présidentielle». Le programme, quel programme?, demande le Monde, très dubitatif face au «phénomène Macron », dont on ne compte plus les adversaires. «Macron? Je n’en pense rien parce que je ne sais pas ce qu’il est»,a ironisé le socialiste Arnaud Montebourg. «C’est un hologramme», a lancé le centriste François Bayrou. «Il surfe sur du vent», a ajouté la frontiste Marine Le Pen.«Son seul programme, c’est son ambition. C’est comme dans les restaurants à la mode: on vous demande de payer sans savoir ce que vous allez manger », aurait déclaré un proche de Nicolas Sarkozy, à droite.
 
Au menu également, la polémique déclenchée par le pape François, qui a critiqué les manuels scolaires français, accusés de brouiller l’identité sexuelle. D’après le Parisien, ce retour inopiné de la «guerre du genre», serait une façon pour le souverain pontife de «rassurer l’aile conservatrice de l’Eglise», et les milieux traditionalistes, alors que la Manif pour tous, qui est opposée au mariage homosexuel, s’apprête à reprendre du service le 16 octobre. Le journal rappelle que les manuels scolaires s’étaient déjà retrouvés au centre de la polémique en 2014, lorsque le gouvernement avait lancé les ABCD de l’égalité, une expérimentation dont le but était de combattre les stéréotypes de genre. «Certains pensent que les enseignants seraient à la solde d’une intelligentsia homosexuelle qui voudrait détruire la famille français», en propageant une soit-disant «théorie du genre», regrette le président de l’Association des professeurs de biologie et de géologie. Le Figaro rapporte qu’un collectif de parents, appelé «VigiGender», a envoyé à la rentrée 20 000 brochures à des directeurs d’école primaire et des enseignants pour défendre une conception de la sexualité qui ne soit pas «éloignée de l’anthropologie chrétienne».
 
Un mot, pour terminer, de l’agression de la star de la télé-réalité américaine Kim Kardashian, dans la nuit de dimanche à lundi, à Paris. Ce «braquage XXL» fait la une du Parisien, qui raconte que la jeune femme, présente dans la capitale pour la Fashion Week, a été victime d’un violent braquage dans la résidence de luxe où elle séjournait. Le butin des cambrioleurs s’élèverait à 9 millions d’euros en bijoux.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.
 

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.