Accéder au contenu principal
YÉMEN

Yémen : des raids attribués à la coalition arabe font plus d'une centaine de morts

Des bombardements meurtriers ont ciblé des funérailles en présence de personnalités rebelles houthies à Sanaa, le 8 octobre 2016.
Des bombardements meurtriers ont ciblé des funérailles en présence de personnalités rebelles houthies à Sanaa, le 8 octobre 2016. Mohammed Huwais, AFP
3 mn

Des raids attribués à la coalition arabe ont fait plus de 140 morts samedi à Sanaa. Riyad a nié toute implication et s'est dit prêt à l'ouverture d'une enquête, alors que Washington envisage de réexaminer son soutien à la l'opération militaire.

Publicité

Au moins 140 personnes sont mortes et 530 ont été blessées, samedi 8 octobre, dans la capitale yéménite Sanaa, dans des raids aériens attribués à la coalition arabe dirigée par l’Arabie saoudite, a annoncé un représentant des Houthis. Ces bombardements ont frappé une foule en deuil, selon les milices chiites, soutenues par l’Iran.

La coalition a nié toute implication dans ces frappes, estimant dans un communiqué qu'il faudrait envisager "d'autres causes" à l'attaque, qualifiée de "massacre" par les Houthis. Elle s'est également déclarée prête a associer les États-Unis à une enquête "immédiate" concernant ses opérations militaires.

"Profondément troublés" par ces raids, les États-Unis ont annoncé l'"examen immédiat" de leur soutien à la coalition menée par Riyad. Cette dernière, alliée du gouvernement reconnu par la communauté internationale, combat les milices houthies qui se sont emparées de Sanaa il y a plus de deux ans.  "La coopération sécuritaire des États-Unis avec l'Arabie saoudite n'est pas un chèque en blanc", a martelé Ned Price, porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche.

"Un bain de sang"

Les frappes ont visé une salle publique où de nombreuses personnes, dont des responsables houthis, étaient réunies dans l'après-midi pour présenter leurs condoléances pour la mort du père d'un membre du gouvernement mis en place par les rebelles. Un avion a tiré un missile contre la salle, et quelques minutes après, un deuxième appareil a bombardé le site", a indiqué un témoin. Des équipes de secours retiraient des corps calcinés et tentaient d'en retirer d'autres coincés sous les décombres, a rapporté un photographe de l'AFP sur place.Un sauveteur a dénoncé "un bain de sang".

>> À voir sur France 24 : "Yémen : les enfants, premières victimes du conflit"

 

"Bavures"

La coalition militaire arabe, qui intervient au Yémen depuis mars 2015, est régulièrement accusée par des organisations de défense des droits de l'Homme de commettre des "bavures" en touchant des secteurs civils dans ses raids.

>> À lire sur France 24 : "Des ONG dénoncent les controversées ventes d'armes françaises à l'Arabie saoudite"

Samedi à l'aube, quatre civils, membres d'une même famille, ont été tués dans un raid aérien de la coalition contre une maison près de Bajil, une localité de la province de Hodeida (ouest), a indiqué un responsable provincial. Le 9 août, au moins 14 personnes avaient été tuées selon des sources médicales dans les mêmes circonstances, trois jours après l'échec de pourparlers de paix au Koweït.

Les civils paient le prix fort de ce conflit, qui a fait plus de 6 700 morts, selon l'ONU.

Avec AFP, Reuters et AP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.