Accéder au contenu principal

François Hollande pourrait annuler sa rencontre sur la Syrie avec Vladimir Poutine

François Hollande, samedi 8 octobre 2016, lors d'un déplacement à Tulle, en Corrèze.
François Hollande, samedi 8 octobre 2016, lors d'un déplacement à Tulle, en Corrèze. Mehdi Fedouach, AFP

François Hollande se pose "encore la question" de recevoir Vladimir Poutine lors de sa venue à Paris le 19 octobre, en raison des "crimes de guerre" commis selon lui par la Russie à Alep, selon une interview à TMC rendue publique dimanche.

PUBLICITÉ

François Hollande a déclaré qu'il se posait la question d'une rencontre avec Vladimir Poutine prévue ce mois-ci à Paris et que, s'il recevait le président russe, il lui dirait que le soutien de Moscou aux bombardements du régime syrien contre les populations civiles d'Alep était "inacceptable".

"Je vais sans doute recevoir Vladimir Poutine, je me suis posé la question", dit le président français dans une interview accordée à l'émission Quotidien de TMC (groupe TF1), pour ajouter aussitôt : "Je me pose encore la question". "Si je le reçois, je lui dirai que c'est inacceptable, que c'est grave même pour l'image de la Russie", ajoute-t-il.

Pour voir les photos et vidéos sur votre smartphone ou tablette, cliquez ici.

Pour François Hollande la question est de savoir "est-ce que nous pouvons encore faire en sorte qu'il (Vladimir Poutine) puisse lui aussi arrêter ce qu'il commet avec le régime syrien, c'est-à-dire l'appui aux forces aériennes du régime, qui envoie des bombes sur la population d'Alep ?"

Recueillie samedi en marge d'un déplacement à Tulle (Corrèze), l'interview accordée à l'émission Quotidien doit être diffusée lundi 10 octobre. Le site internet MYTF1 en diffuse dimanche un extrait.

"Ceux qui commettent ces actes auront à en payer la responsabilité", y compris devant la CPI

Il ne précise pas si elle a été réalisée avant le veto opposé par la Russie samedi à l'ONU au projet de résolution présenté par la France et l'Espagne réclamant l'arrêt des bombardements et l'instauration d'une zone d'exclusion aérienne à Alep.

François Hollande a encore estimé que les populations "aujourd'hui sont victimes de crimes de guerre (...)." "Ceux qui commettent ces actes auront à en payer la responsabilité, y compris devant la Cour pénale internationale", ajoute le président français.

>> À lire sur France 24 : "ONU : la Russie et la France affichent leurs divergences sur une nouvelle trêve à Alep"

Des médias russes ont annoncé la semaine passée que Vladimir Poutine se rendrait à Paris le 19 octobre pour s'entretenir avec François Hollande des dossiers syrien et ukrainien.

En déplacement jeudi à Moscou, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a laissé planer le doute sur cette visite, soulignant que la priorité était avant tout de mettre un terme aux "massacres" à Alep.

Avec Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.