Accéder au contenu principal

Comment les réfugiés ont contribué à la forte croissance suédoise

Arrivée de réfugiés à Malmö, en Suède, en 2015.
Arrivée de réfugiés à Malmö, en Suède, en 2015. Johan Nilsson, AFP

Les investissements de l'État suédois pour accueillir 163 000 réfugiés en deux ans ont contribué à accélérer la croissance suédoise, qui est devenue la plus forte d'Europe.

Publicité

Studio France 24

C’est un taux de croissance que l’on croyait réservé aux pays asiatiques. Et pourtant… La Suède a connu une progression de 4,5 % en rythme annuel au quatrième trimestre 2015. Le pays n’avait pas connu une telle croissance depuis cinq ans. Elle est plus de deux fois supérieure à celle de l’Allemagne.

La pays doit cette bonne santé économique, que le reste de l’Europe lui envie, en grande partie à l’accueil de 163 000 réfugiés depuis 2014.

Pour en arriver là, Stockholm a mené une politique interventionniste à même de provoquer une crise de panique chez n'importe quel économiste néolibéral. L'objectif : mieux intégrer les migrants. L’État a ainsi dépensé 2,5 milliards d’euros pour faciliter l’installation de réfugiés. La banque centrale suédoise a, de son côté, décidé de baisser son taux directeur à un niveau historiquement bas (-0,5 %) afin de faciliter le crédit pour lancer une grande campagne de construction de logements pour les nouveaux arrivants.

Immobilier et emploi

Ce choix a entraîné un boom du secteur de l’immobilier, a permis à une partie des réfugiés de trouver un premier emploi, ce qui leur a octroyé un certain pouvoir d’achat et a ainsi donné un coup d’accélérateur à la consommation.

L’exemple suédois prouve qu’alors "qu’on pensait que l’impact bénéfique économique des réfugiés était plutôt sur le long terme, cet afflux peut aussi accélérer la croissance à court terme", assure l’économiste britannique Jonathan Portes, interrogé par la quotidien The Independent.

L’interventionnisme suédois n’est cependant pas transposable dans tous les États européens, assure BFMTV. Le pays nordique a les moyens de sa politiques car son déficit public est négligeable (il a présenté un budget à l’équilibre en 2015), contrairement à un grand nombre de ses voisins qui se battent pour couper dans les dépenses.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.