Accéder au contenu principal

Ronald McDonald forcé de faire profil bas suite à l’épidémie de clowns menaçants

Un ballon Ronald McDonald à la Macy's Thanksgiving Day Parade.
Un ballon Ronald McDonald à la Macy's Thanksgiving Day Parade. Joseph Sohm/Getty images

La mascotte de la chaîne de fast-food McDonald's est la dernière victime de la "clownpocalypse" qui touche les États-Unis et le Royaume-Uni.

Publicité

Une femme enceinte de Whitwick, en Angleterre, aurait accouché prématurément après avoir été terrifiée par un clown  – en fait un ado de 17 ans – bondissant sur son pare-brise. Pluie de commentaires assassins sur Facebook. Cette histoire est racontée sur un ton alarmiste par le Daily Mail, tabloïd britannique à sensations et beaucoup d'autres médias.

VOIR AUSSI : Ce que la peur des clowns aux États-Unis nous dit du phénomène d'hystérie collective

Elle est un des avatars de l’épidémie de clowns terrifiants qui sévit depuis plusieurs semaines aux États-Unis et en Angleterre. Les signalements d’apparitions de clowns voire de courses-poursuites se multiplient et on compte déjà une douzaine d’arrestations. Des vidéos plus ou moins réalistes pullulent sur YouTube. Les médias parlent "d'hystérie" et publient des cartes de l'épidémie en marche.

McDonald "conscient du climat actuel"

Bref, le clown n’a pas bonne presse en ce moment. Et le scandale éclabousse jusqu’aux notables de l’espèce. Ronald, le clown mascotte de McDonald's depuis 53 ans, se voit forcé de faire profil bas pendant quelques temps, en limitant ses apparitions publiques dans des événements.

C’est ce qu’explique le porte-parole de la chaîne de fast food qui compte 14 000 restaurants dans le monde, Terri Hickey, dans un communiqué envoyé à NBC News : "Nous sommes conscient du climat actuel autour des apparitions de clowns", ajoutant qu’ils allaient "être prudents quant aux apparitions de Ronald McDonald dans les événements publics pour le moment."

Faut arrêter les clowneries !

Ces clowneries, boostées par les réseaux sociaux, existent depuis plusieurs décennies aux États-Unis en période pré-Halloween. Mais aussi en France, avec deux vagues de "clowns agressifs", en 2013 et 2014.

La saison 2016 de cette  "clownpocalypse" ou "clownmageddon" a commencé cet été aux États-Unis avant de s’accélérer et, à l’approche d’Halloween, de débarquer au Royaume-Uni.

On ne sait pas exactement si Ronald va disparaître de la circulation complètement, ni pour combien de temps. L'ambassadeur de McDonald pourrait être privé de la Macy’s Thanksgiving Day Parade, cortège de la chaîne de magasin Macy auquel il participe normalement chaque année.

Pas sûr que les enfants le pleurent beaucoup, néanmoins. L'université de Sheffield investigant en 2008 sur le potentiel de réconfort des clowns auprès des enfants hospitalisés a montré qu'aucun des quelque 2 000 enfants de l'étude ne les aimaient. De quoi rendre les clowns tristes.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.