Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"Marine Le Pen sauvée par les gilets jaunes ?"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les orangs-outans meurent pour des biscuits

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : Martin Fayulu tend la main à Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Gaspard Gantzer : "Sur les carburants, le gouvernement doit continuer à expliquer"

En savoir plus

LE DÉBAT

Gaza : annonce d'un cessez le feu

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Un monde à portée de main", le roman en trompe-l'œil de Maylis de Kerangal

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Uhuru Kenyatta : "Aucun pays ne peut combattre seul le terrorisme"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Christine Lagarde et Jim Yong Kim : "Il faut un multilatéralisme plus inclusif"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Un opposant à Maduro raconte sa détention dans les geôles du Venezuela

En savoir plus

Economie

Brouille franco-polonaise : après les hélicoptères, la fourchette

© Alain Jocard, AFP | Le Président polonais Andrzej Duda et son homologue français François Hollande en 2015, un an avant la brouille entre les deux pays autour de la vente d'hélicoptères Airbus

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 14/10/2016

La tension ne retombe pas entre Varsovie et Paris depuis l’annulation par la Pologne d’un contrat de vente d’hélicoptères Airbus. Côté polonais, on tente de déplacer la polémique sur le terrain historique et gastronomique...

C’est un véritable coup de fourchette dans le dos. Alors que la France et Airbus fulminent depuis l’annulation d’un contrat d’hélicoptères, menaçant de poursuivre la Pologne en justice, un ministre polonais a ressorti une vieille histoire sans rapport apparent avec l'affaire. "Ce sont des gens à qui nous – Polonais – avons appris à manger avec des fourchettes il y a plusieurs siècles, ce qui peut expliquer leur comportement aujourd’hui", a déclaré Bartosz Kownacki, le vice-ministre polonais de la Défense, mercredi 12 octobre.

Une manière de souligner les soi-disant mauvaises manières de Paris et remettre le couvert sur les tensions qui existent entre les deux pays depuis plus d’une semaine. Paris a fait preuve de mauvais goût aux yeux de Varsovie en annulant l’invitation de la délégation polonaise pour le salon Euronaval, qui doit se dérouler dans la capitale française la semaine prochaine. "La France nous avait conviés il y a longtemps et maintenant, il nous montre la porte", s’est plaint Bartosz Kownacki.

La réaction française n’est pas le premier camouflet protocolaire ou diplomatique infligé à la Pologne depuis le début de l’affaire des hélicoptères Caracal d’Airbus, dont Varsovie ne veut plus. Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a annulé une visite prévue lundi en terre polonaise et le président François Hollande ne s’y est pas non plus rendu jeudi 13 octobre, comme prévu à son agenda.

Henri III, fils de Catherine de Médicis et roi de Pologne

Le vice-ministre polonais de la Défense a donc décidé de ressortir une vieille polémique censée ridiculiser la France. Historiquement, la fourchette a été introduite dans l’Hexagone en 1574 par Henri III, alors qu’il n’était pas encore le souverain français, mais le roi de… Pologne.

Reste à savoir où Henri III, né en France et fils de la reine française d’origine italienne Cathérine de Medicis, a donné son premier coup de fourchette. Pour les uns, dont Bartosz Kownacki fait partie, il a découvert l’ustensile en Pologne où il avait été introduit 50 ans plus tôt par la reine Bona Sforza. D’autres historiens, et la thèse est plus répandue d’après The Guardian, suggèrent que le jeune roi a fait connaissance avec ce couvert lors d’un voyage à Venise, alors qu’il visitait le pays de naissance de sa mère.

Quel que soit le chemin pris par la fourchette pour rejoindre l’assiette française, ce rappel historique à valu au ministre polonais un rappel à l’ordre par Varsovie. Les propos ont été jugés "malheureux" et "peu diplomatiques", par la porte-parole du parti au pouvoir Droit et Justice, Beata Mazurek. Une manière de faire comprendre à Bartosz Kownacki qu’il aurait pu éviter de mettre les pieds dans le plat.

Première publication : 13/10/2016

  • TRANSPORT AÉRIEN

    Les Américains bloquent Airbus en Iran tandis que Boeing avance ses pions

    En savoir plus

  • AVIATION

    Airbus a breveté un jet hypersonique capable d’aller de Paris à Tokyo en trois heures

    En savoir plus

  • POLOGNE

    Vente d’hélicoptères annulée : rien ne va plus entre Paris et Varsovie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)