Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"Le Premier ministre australien et Jérusalem"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Daphne Caruana Galizia, assassinée il y a un an"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Elections locales en Côte d'Ivoire : bras de fer entre le PDCI et le RHDP

En savoir plus

LE DÉBAT

Inondations en France : plusieurs morts dans l'Aude

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le vélo de retour à Cuba et les entrepreneurs burundais en province qui innovent

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mo'Kalamity, ambassadrice capverdienne d'un reggae conquérant

En savoir plus

FOCUS

En Californie, une croisade anti-avortement après une décision de la Cour suprème

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Adlène Méddi : "1994, une année de basculement en Algérie"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Égypte : nouveau procès pour Ahmed Douma, icône de la révolution

En savoir plus

Découvertes

Google décide de faire du "fact-checking" un véritable label dans son fil d'actualités

© Getty/Mashable

Texte par Marine BENOIT

Dernière modification : 14/10/2016

On connaissait déjà les petites étiquettes "Cité à de nombreuses reprises", "Exhaustif" ou "Éditorial" visibles sur Google Actualités. Saluons aujourd'hui un petit nouveau : "Fact-check", garant de l'info vérifiée.

Un nouveau label pourrait bien débarquer dans les semaines à venir dans notre fil d'actualités Google : "Fact check". Dans un post de blog signé par le chef de la section "Actualités" de Google, Richard Gingras, la firme de Mountain View affirme qu'elle lance, pour l'instant uniquement sur les versions américaine et britannique de Google News, cette nouvelle mention pour "aider les lecteurs à distinguer le fact-checking des nombreux autres articles". 

VOIR AUSSI : Forcé à la transparence, Facebook s'exprime sur la manière dont il traite l'actualité

La pastille, apposée en gris clair à la suite du titre de l’article – à l’instar des mentions "Cité à de nombreuses reprises", "Exhaustif" ou "Éditorial" – indiquera ainsi à l’internaute que le contenu en question s’apparente à du fact-checking, discipline qui consiste à vérifier la véracité d’une information en remontant à sa source. Le principe même du journalisme direz-vous. Mais à l’heure actuelle, de nombreuses rédactions ont consacré des rubriques ou même des sites complets à l’art du debunk (ce qui est le cas, par exemple, des Observateurs de France 24, dont le travail est régulièrement partagé sur Mashable FR, ou encore des Décodeurs du Monde.fr).

À l’heure où de très nombreux hoax et autres rumeurs infondées circulent sur le Net, activement partagés sur les réseaux sociaux, il n’est pas étonnant que Google ait décidé de "tamponner" les articles dont l’angle même est la vérification des faits. D’autant que durant ces longs mois de campagne présidentielle américaine, qui auront été particulièrement marqués par les affirmations infondées du candidat républicain Donald Trump, l’exercice du fact-checking est apparu comme plus que nécessaire. À tel point qu’Hillary Clinton a même dédié sur son site de campagne une section entière à la vérification des dires de son adversaire. 

Conditions spéciales

Mais revenons-en à Google : pour qu’un article bénéficie de ce petit écriteau, il devra néanmoins répondre à un certain nombre de critères établis par le moteur de recherche. Sur une page dédiée, ce dernier en dresse la liste : 

  • "Les allégations et les vérifications doivent être facilement identifiables dans le corps de l’article, les lecteurs devant être capables de comprendre ce qui a été vérifié et quelles conclusions en ont été tirées."
  • "L’analyse doit être transparente, notamment sur les sources et les méthodes utilisées, en s’appuyant sur des citations et en remontant aux sources primaires."
  • "L’organisation doit être non-partisane et se doit d’être transparente sur ses financements et filiations."
  • "Le titre de l’article devra indiquer qu’une affirmation est vérifiée dans son contenu, que des conclusions ont été tirées et, plus simplement, qu’il s’agit bien là d’un contenu s'apparentant à du fact-checking."

Un article de fact-checking qui n'est pas labellisé comme tel continuera d'apparaître comme auparavant dans le fil d'actualité de Google. Aucune précision en revanche n’est faite quant à la nature du support, laissant entendre que la mention "Fact-check" n’est pas seulement réservée aux articles médias, et donc aux contenus journalistiques. 

Une chose est sûre : Google ajoute avec cette mention une nouvelle corde à son arc de grand abitre de la hiérarchisation de l'information. 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 14/10/2016