Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Inondations en France : plusieurs morts dans l'Aude

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le vélo de retour à Cuba et les entrepreneurs burundais en province qui innovent

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mo'Kalamity, ambassadrice capverdienne d'un reggae conquérant

En savoir plus

FOCUS

En Californie, une croisade anti-avortement après une décision de la Cour suprème

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Adlène Méddi : "1994, une année de basculement en Algérie"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Égypte : nouveau procès pour Ahmed Douma, icône de la révolution

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'enjeu sécuritaire des législatives en Afghanistan

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Luis Aguiriano : "Je ne pense pas que Manuel Valls sera maire de Barcelone"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Malgré l'article 7, des sanctions impossibles contre la Pologne et la Hongrie ?

En savoir plus

Moyen-Orient

L'armée irakienne largue des tracts sur Mossoul en prévision d’une offensive

© Ahmad Al-Rubay, AFP | Un soldat irakien sunnite prie depuis le camp militaire de Qayyarah à 60 kilomètres de Mossoul, le 16 octobre 2016.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/10/2016

L’armée irakienne dit avoir largué dimanche avant l'aube des dizaines de milliers de tracts sur Mossoul pour avertir les habitants qu'une offensive visant à reconquérir la ville tenue par l'organisation de l'État islamique était imminente.

"Restez calmes et dites à vos enfants que ce n'est qu'un jeu ou le tonnerre avant la pluie", peut-on lire sur un des tracts largués par l'armée irakienne sur Mossoul dimanche 16 octobre. Le centre du commandement des opérations a indiqué dimanche que des dizaines de milliers de tracts avaient été jetés dans les airs sur la ville du nord de l’Irak, en prévision d'une offensive sur ce fief irakien de l’organisation de l’État islamique (EI).

Sur certains, figurent des consignes de sécurité pour les habitants, les invitant notamment à mettre du ruban adhésif sur leurs fenêtres afin pour prévenir les éclats de verre, et à éviter les endroits où des raids aériens se déroulent. "Si vous voyez une unité militaire, restez à au moins 25 mètres de distance et évitez tout mouvement brusque", explique ainsi l’un des tracts. D’autres textes assurent la population que les unités terrestres et l'aviation "ne viseront pas les civils".

Des largages de tracts donnant des "informations" aux populations ont déjà eu lieu à Mossoul et dans d'autres villes tenues par l'EI que l'armée irakienne cherchait à reconquérir.

Offensive imminente

À la faveur d'une offensive fulgurante en 2014, l'EI s'est emparé de vastes pans du territoire irakien au nord et à l'ouest de Bagdad et a fait de Mossoul sa place forte.

Les forces progouvernementales, soutenues par la coalition, s'apprêtent à lancer une offensive d'envergure pour reprendre Mossoul aux jihadistes. La bataille impliquera de nombreuses forces irakiennes parfois rivales telles que l'armée, la police, des combattants peshmerga kurdes ainsi que des milices sunnites et chiites.

Préparatifs achevés pour la bataille

Les autorités irakiennes n'ont pas encore annoncé de date précise pour le début de cette opération, mais plusieurs responsables occidentaux avaient évoqué le mois d'octobre.

Le président de la région autonome kurde d'Irak Massoud Barzani a estimé samedi qu'il était temps que cette opération commence, tous les préparatifs ayant été achevés.

L'offensive de Mossoul pourrait provoquer une crise humanitaire majeure, l'ONU estimant que jusqu'à un million de personnes pourrait être déplacé. En tentant de fuir la ville, les habitants risquent aussi d'être pris dans le feu croisée des deux camps ou utilisés comme boucliers humains par l'EI.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 16/10/2016

  • IRAK

    La bataille de Mossoul se prépare sur fond de rivalités entre "libérateurs"

    En savoir plus

  • IRAK

    L’EI revendique un attentat anti-chiite meurtrier à Bagdad

    En savoir plus

  • SYRIE

    Syrie : des rebelles soutenus par la Turquie reprennent Dabiq aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)