Accéder au contenu principal

Ban Ki-moon "déçu" par la faible mobilisation internationale en Haïti

Ban Ki-moon, en déplacement en Haïti, exhorte la communauté internationale à financer l'aide humanitaire pour le pays.
Ban Ki-moon, en déplacement en Haïti, exhorte la communauté internationale à financer l'aide humanitaire pour le pays. Hector Retamal, AFP

En déplacement en Haïti dévasté par l'ouragan Matthew, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a exhorté la communauté internationale à "prêter main forte" aux Haïtiens en augmentant l'aide humanitaire dans le pays.

PUBLICITÉ

Pour voir les photos et vidéos sur vos smartphones, cliquez ici

Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, en visite en Haïti, a déploré samedi 15 octobre la "dévastation absolue" causée par l'ouragan Matthew qui a fait plus de 500 morts. Il a surtout fait part de sa déception devant la faible mobilisation des bailleurs internationaux.

"Je suis déçu par la réponse de la communauté internationale (...). J'exhorte les principaux bailleurs à prêter leur main utile", a déclaré le chef de la diplomatie mondial à l'aéroport de Port-au-Prince après sa courte visite dans le sud du pays.

"L'aide humanitaire arrive lentement, trop lentement"

La situation est toujours aussi catastrophique dans le pays. Un appel d'urgence de 120 millions de dollars, lancé lundi par l'ONU, doit servir à couvrir les besoins vitaux des sinistrés pour les trois prochains mois, 175 500 personnes étant encore réfugiées dans des abris provisoires.

"Certaines personnes manquent de tout, même d’eau pour boire", raconte Amélie Baron, la correspondante de RFI en Haïti.

Mais les bailleurs internationaux ne montrent pas d'empressement à financer une nouvelle fois l'aide humanitaire destinée à Haïti : 13 % seulement de la somme nécessaire en urgence ont pour l'heure été collectée. "Je sais qu'il y a une certaine fatigue de la part de certains pays, mais la situation actuelle, la catastrophe qui a frappée ce pays à travers cet ouragan est indescriptible", a insisté Ban ki-Moon.

Multiplication des cas de choléra

Au-delà des destructions d'habitations et de plantations agricoles, les autorités et les organisations humanitaires s'inquiètent devant la recrudescence du choléra, causé par les grandes inondations et par le cruel manque d'accès à l'eau potable et à des produits d'hygiène dans les zones sinistrées.

Depuis octobre 2010, le pays est confronté à une épidémie de choléra – maladie introduite dans le pays par des Casques bleus népalais – qui a fait près de 10 000 morts. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé l'arrivée prochaine en Haïti d'un million de doses de vaccin pour tenter d'endiguer l'actuelle recrudescence.

Avant de repartir pour New York, Ban Ki-Moon a évoqué le soutien aux familles de victimes par "l'établissement d'un fonds fiduciaire spécial", sans fournir de détails ou de calendrier.

Par ailleurs, le Conseil de sécurité des Nations unies a décidé jeudi de prolonger de six mois, jusqu'en avril 2017, le mandat de la mission des Nations unies en Haïti (Minustah), car les dégâts causés par l'ouragan risquent de nuire à la stabilité du pays.

Le premier tour des élections présidentielle et législatives partielles, qui devait se tenir le 9 octobre, a été reporté à cause de Matthew au 20 novembre. Le scrutin qui s'était tenu il y a un an a été annulé à cause de violences et de fraudes massives.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.