Accéder au contenu principal
Dans la presse

"Où est passée l'écologie ?"

France 24

Au menu de cette revue de presse française, mardi 18 octobre, les première heures de l’offensive des forces irakiennes et de la coalition internationale pour reprendre Mossoul, le fief irakien de l’organisation État islamique, la grogne des vétérans de l’armée chinoise, le début du démantèlement de la "jungle" de Calais, le problème des profs absents, de l’absence de l’écologie dans la campagne pour 2017. Et le fléau du pillage des mers.

Publicité

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également sur votre PC en devenant fan sur Facebook

À la une de la presse française, mardi matin, les premières heures de la bataille de Mossoul, en Irak.

Le Figaro, qui suit l’offensive des peshmerga contre l’organisation État islamique, annonce que la victoire "est écrite", et que ce n’est "qu’une affaire de jours, de semaines" - que cette victoire "sera belle", mais que "les temps qui suivront" auront sans doute "des contours moins nets" : "si le régime irakien répète les mêmes erreurs, en marginalisant des communautés entières, la résurgence extrémiste est inévitable", prévient le journal, qui se demande aussi si "ses parrains occidentaux" auront "la constance de veiller" à ce qu’il n’en soit pas ainsi. "Les expériences récentes, en Irak et ailleurs, ne rassurent guère. Il ne faudrait pas qu’une fois de plus, l’après-guerre nourrisse la guerre d’après". 

Le Figaro revient aussi sur un événement passé, lui, totalement inaperçu, la semaine dernière, une manifestation de plusieurs heures, qui a réuni des centaines de soldats démobilisés de l’Armée populaire de libération, à Pékin, devant le ministère de la Défense. Un événement censuré sur les réseaux sociaux, et "suffisamment rare pour être relevé", d’autant que les autorités auraient accepté de recevoir les représentants de ces anciens soldats, qui demandent que l’Etat les aide comme promis à retrouver un emploi et à bénéficier d’aides suffisantes. Le journal rappelle que le président XiJinping a annoncé le mois dernier la suppression de 300 000 postes au sein de l’armée, pour réaffecter les moyens vers des technologies de pointe pour les forces navales et aériennes, notamment en mer de Chine méridionale. La réinsertion des militaires démobilisés, quant à elle, serait compliquée par le ralentissement économique et par le fait que le gouvernement cherche à restructurer ses entreprises publiques pléthoriques.

En France, le compte à rebours pour le démantèlement de la "jungle" de Calais est lancé. D’après le Monde, le gouvernement a jusqu’au 24 octobre au matin pour créer des hébergements et régler la question des mineurs. Cette évacuation ne se fera plus sur la base du volontariat, et les migrants seront contraints de monter dans les bus. Le journal évoque "l’accueil assez glacial" qui risque de leur être réservé dans certaines villes, comme à Saint-Brévin-les-Pins, en Loire-Atlantique, ou à Saint-Hilaire du Rosier, dans l’Isère, où des coups de feu ont été tirés contre des centres de vacances transformés en centres d’accueil. Dans le très chic 16e arrondissement de Paris, un centre pour SDF, soupçonné par une partie des riverains, d’être destiné, en réalité, à accueillir les migrants, a quant à lui été incendié, selon le site du Journal du Dimanche, qui rapporte que l’incident ne devrait toutefois pas empêcher son ouverture le mois prochain. S’agissant des mineurs isolés, le Parisien rapporte que les négociations avec le Royaume-Uni ont permis à une dizaine de jeunes gens de retrouver leurs proches, lundi, de l’autre côté de la Manche, dans le cadre du regroupement familial. Une centaine d’autres devraient les rejoindre dans les jours qui viennent.

Il est aussi question, mardi matin, du manque de remplaçants dans l’Éducation nationale. "Mais où sont passés les profs?", s’interroge le Parisien, qui assure qu’à l’école, comme au collège et au lycée, les enseignants non remplacés sont toujours trop nombreux. Selon un syndicat de parents d’élèves, 4 700 jours de classe auraient déjà manqué depuis la rentrée.

À chacun sa question. "Où est passée l’écologie ?", demande la Croix, qui s’inquiète de voir les sujets environnementaux "oubliés dans les débats précédant la campagne pour l’élection présidentielle", alors que la France vient de connaître un succès diplomatique avec la COP21, et que les experts s’accordent à souligne l’urgence de la lutte contre le réchauffement climatique. Une discrétion qui doit sans doute quelque chose aux divisions des écologistes, d’Europe Écologie-Les Verts, notamment, qui fera connaître demain les résultats du premier tour de sa primaire. En Afrique, ce sont les Etats de l’Union africaine qui tentent de se mobiliser contre le pillage des océans. D’après le Monde, la lutte contre fléau était inscrite à l’ordre du jour du sommet extraordinaire sur la sécurité maritime qui s’est déroulé à Lomé, il y a trois jours. Dans le golfe de Guinée, 40 % du poisson pêché le serait de façon illicite, et le manque à gagner annuel de plus d’un milliard d’euros pour les pays de la région. Les coupables ? Des navires venus d’Asie, de Chine principalement, mais aussi beaucoup d’Europe de l’Est, de Russie notamment,d’après Barthélemy Blédé, chercheur de l’Institut d’études de sécurité de Dakar. La pêche illégale massive, rappelle le Monde, a dans son sillage la piraterie et la tentation de l’exil, pour les populations spoliées.

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.