Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Miss Terre : la Libanaise disqualifiée à cause d'un cliché

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Disparition de Jamal Khashoggi : menaces sur la presse

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts d'Arthur Jugnot

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Art contemporain en banlieue : "Ce qui nous intéresse, c'est la mixité du public"

En savoir plus

#ActuElles

Élections de mi-mandat aux Etats-Unis : un nombre record de femmes candidates

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le casse-tête de la frontière irlandaise

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Burn-out : les absurdités du management moderne

En savoir plus

TECH 24

Femmes dans la tech : comment briser le "clic" de verre

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La pêche, une tradition familiale au Grau-du-Roi

En savoir plus

FRANCE

France : les policiers disent leur ras-le-bol lors d'un nouveau rassemblement de nuit

© Thomas Samson, AFP | Manifestante lors du rassemblement organisé à Evry, le mardi 18 octobre.

Vidéo par FRANCE 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/10/2016

Après avoir manifesté sur les Champs-Élysées, des centaines de policiers se sont rassemblés dans la nuit de mardi à mercredi à Évry, dans l'Essonne, pour dénoncer l'insécurité. Bernard Cazeneuve doit recevoir les syndicats dans l'après-midi.

Vingt-quatre heures après la manifestation-surprise sur les Champs-Élysées, à Paris, quelque 400 policiers se sont de nouveau mobilisés dans la nuit du mardi 18 au mercredi 19 octobre à Évry pour protester contre l'insécurité. Ils y ont abondamment hué  le directeur général de la police nationale, Jean-Marc Falcone, qui y recevait les chefs de brigades et de brigades anticriminalité (BAC) de l'Essonne.

Une soixantaine d'autres se sont à nouveau réunis devant l'hôpital Saint-Louis à Paris, où est soigné un agent grièvement blessé lors de l'attaque au cocktail Molotov du 8 octobre à Viry-Châtillon, dans l'Essonne, qui a exacerbé la colère des policiers. Une centaine de policiers se sont également rassemblés dans la nuit de mardi à mercredi à bord de leurs véhicules de service sur le Vieux-Port à Marseille.

Réunion "en urgence"

Alors que les syndicats ont appelé à la tenue d'une "marche silencieuse" le 26 octobre, le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a annoncé qu'il recevra les organisations Alliance, Unsa-Police et Synergie qui réclamaient une réunion "en urgence" avec les ministères de l'Intérieur et de la Justice.

>> À dans la Revue de presse de France 24 : "Vent de colère dans la police"

"Défiler avec des voitures de police et des gyrophares [...] n'est pas conforme à ce qu'est la déontologie de la police dans la République", avait lancé au Sénat Bernard Cazeneuve après la manifestation sur les Champs-Élysées dans la nuit de lundi à mardi. "Ils manifestent une exaspération que je comprends", avait-il toutefois ajouté.

"Faire changer la situation sur le terrain"

Tout a commencé lundi après-midi quand des SMS ont circulé, annonçant un cortège depuis l'Essonne vers l'hôpital Saint-Louis. "Face à une hiérarchie carriériste, des élites syndicales enlisées dans leurs conflits, et une justice complètement désintéressée par notre sort, nous devons nous souder. Entre bleus", était-il écrit.

Dans la nuit de lundi à mardi, selon une source policière, "ils étaient environ 400 dont un large contingent venu" de l'Essonne devant l'hôpital. Aux environ de 1h du matin, le cortège s'est dirigé vers les Champs-Élysées. En tenue civile, gyrophares allumés, ils ont perturbé pendant plus d'une demi-heure la circulation autour de l'Arc de Triomphe, avant de se disperser.

"On peut comprendre le ras-le-bol des policiers qui exercent dans ces quartiers et ne voient pas depuis des années les décisions politiques faire changer la situation sur le terrain", a réagi Christophe Rouget du syndicat SCSI, qui avait appelé le 11 octobre à manifester devant les commissariats en solidarité avec les collègues attaqués dans l'Essonne.

Le Premier ministre Manuel Valls a réaffirmé le soutien du gouvernement abondamment exprimé après l'attaque de Viry-Châtillon et promis de "poursuivre sans relâche ceux qui s'en prennent à nos professeurs, nos écoles, nos forces de l'ordre" après une série d'agressions, principalement en banlieue parisienne.

Avec AFP

Première publication : 19/10/2016

  • FRANCE

    Mort d'Adama Traoré : quatrième nuit de violences dans le Val d’Oise, dix interpellations

    En savoir plus

  • FRANCE

    Cinquième nuit de violences à Beaumont-sur-Oise après la mort d'Adama Traoré

    En savoir plus

  • FRANCE

    Pronostic vital engagé pour un policier après une attaque aux cocktails Molotov dans l'Essonne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)