Accéder au contenu principal

Liban : Michel Aoun assuré d'accéder à la présidence grâce au soutien de Saad Hariri

L'ex-général libanais Michel Aoun est désormais assuré de devenir le treizième président du Liban.
L'ex-général libanais Michel Aoun est désormais assuré de devenir le treizième président du Liban. Joseph Eid, AFP

Après deux ans et demi de vacance de pouvoir au Liban, l'ex-général Michel Aoun est assuré d’être élu président du Liban par le Parlement le 31 octobre. L’ancien Premier ministre libanais Saad Hariri lui a apporté jeudi son soutien.

Publicité

La fin de la vacance de pouvoir, en vigueur depuis mai 2014, semble enfin en vue au Liban. L'ex-général libanais Michel Aoun est désormais assuré d’être élu président du Liban par le Parlement le 31 octobre. L’ancien Premier ministre Saad Hariri lui a officiellement apporté son soutien jeudi 20 octobre.

"J'annonce aujourd'hui la décision de soutenir la candidature du général Michel Aoun à la présidence de la République. C'est une décision qui découle de la nécessité de protéger le Liban, son système (politique) et l'Etat", a-t-il annoncé lors d'une conférence de presse le jeudi 20 octobre.

Pour être sûr d’être élu, Michel Aoun avait besoin de la majorité absolue des députés, majorité qu’il est désormais certain d’obtenir grâce au soutien de Saad Hariri, du Hezbollah et des Forces Libanaises.

Les explications de Raphaël Gourrada, membre du Cercle des chercheurs sur le Moyen-Orient (CCMO)


>> À voir : "Le Liban, une année sans chef d'État"

Selon un expert politique proche de Hariri qui ne veut pas être identifié, "au terme de l'accord avec Aoun, Saad Hariri redeviendra le Premier ministre", poste qu'il a abandonné en janvier 2011. "Ceci va lui redonner une position de force ainsi qu'à sa communauté au Liban, au moment où le pouvoir des sunnites s'érode dans la région", a-t-il ajouté.

Régime confessionnel

Au Liban, le président est élu par le Parlement, qui compte 128 députés répartis à parts égales entre chrétiens et musulmans. Conformément au pacte national de 1943, le président doit être un chrétien maronite, le Premier ministre un musulman sunnite et le président du Parlement chiite.

>> À lire : "Michel Aoun obtient le soutien de son principal rival"

Âgé de 81 ans, Michel Aoun est un chrétien maronite issu d'un milieu modeste qui a embrassé la carrière militaire. Non consensuel, il est adulé comme chef charismatique par ses partisans et haï par ses adversaires. Il fut l'un des plus farouches opposants au régime syrien et a même affronté son armée qui l'a chassé du pouvoir en 1990, avant de faire 15 ans plus tard volte-face et d'adoucir sa position vis-à-vis de Damas.

Donné favori pour devenir le treizième président du Liban, à l’issue du vote du Parlement prévu le 31 octobre prochain. Il s'agira de la 46ème réunion du Parlement organisée pour élire un président, le vote ayant jusqu'alors échoué car la majorité des députés, notamment ceux favorables à Michel Aoun et ses alliés chiites du Hezbollah, avaient boycotté les séances.

Avec AFP
 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.