Accéder au contenu principal

L'espionnage est un juteux business pour l’opérateur américain AT&T

AT&T est le leader de la téléphonie fixe aux États-Unis et le deuxième fournisseur d'accès à Internet et au réseau cellulaire.
AT&T est le leader de la téléphonie fixe aux États-Unis et le deuxième fournisseur d'accès à Internet et au réseau cellulaire. BLOOMBERG / GETTY IMAGES

Le cirque dure depuis 1987. Le géant des télécommunications américain AT&T surveille les échanges de ses clients... pour les revendre aux autorités américaines, selon une enquête du Daily Beast.

PUBLICITÉ

Le cirque dure depuis 1987. Le géant des télécommunications américain AT&T surveille les échanges de ses clients... pour les revendre aux autorités américaines, selon une enquête du Daily Beast.

Le projet s'appelle "Hemisphere" et il rapporterait gros, très gros, à l'opérateur américain. Pour AT&T, un des mastodontes des télécommunications outre-Atlantique opérant autant dans la téléphonie mobile que dans l'accès à Internet, l'espionnage serait un juteux business.

On le savait déjà depuis les révélations d'Edward Snowden et cet article du New York Times révélant un partenariat entre l'opérateur et les renseignements américains; l'enquête du Daily Beast va plus loin aujourd'hui. AT&T espionnerait depuis près de 30 ans ses dizaines de millions d'abonnés.

Massivement utilisé par les renseignements américains

Le programme secret mis au point permettrait de scruter toutes les méta-données des communications de la clientèle. Avec lui, ce sont les localisations, les numéros appelés et potentiellement les contenus des discussions qui sont rendus disponibles aux autorités américaines. 

Toujours selon le Daily Beast, ces dernières paieraient très cher pour avoir accès à ces informations. Surtout, alors que les renseignements américains ont toujours promis de n'avoir recours à ce service qu'isolément (notammment dans le cadre de grosses enquêtes sur le traffic de drogue), les documents internes révélés par le Daily Beast montrent le contraire. En réalité, ce service serait également utilisé pour traquer les fraudeurs à l'assurance-maladie. 

Bien plus qu'un partenariat, un produit marketing

La réputation de l'opérateur risque bien d'être sévèrement entâchée. "Hemisphere n'est pas un simple partenariat : il est un produit développé par AT&T, 'marketé' et vendu des millions de dollars annuels aux frais du contribuable", fait remarquer le Daily Beast.

"Comme toute entreprise spécialisée dans le secteur des communications, nous sommes tenus par des obligations légales et devons fournir les informations demandées par le gouvernement lors de procédure légale", tente de justifier un porte-parole d'AT&T interrogé dans l'enquête.

Un argument un peu poussif, puisque "si les entreprises sont dans l'obligation de fournir ce type de données quand les autorités l'exigent, rien ne les oblige à exploiter leurs bases de données pour en faire commerce et aider la police à trouver de nouveaux numéros de téléphone sur lesquels enquêter", rappelle l'analyste Christopher Soghoian pour le Daily Beast.

– Article initialement publié le 26 octobre 2016.

Retrouvez tous les contenus de F24 Découvertes sur Facebook et Twitter.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.