Accéder au contenu principal

Calais : le démantèlement de la "jungle" touche à sa fin

La "jungle" de Calais, le 26 octobre 2016.
La "jungle" de Calais, le 26 octobre 2016. Philippe Huguen, AFP

Alors que l'évacuation des migrants touche à sa fin, la "jungle" de Calais était quasiment déserte mercredi soir, après avoir été ravagée par de violents incendies depuis mardi.

PUBLICITÉ

L'évacuation de la "jungle" de Calais, devenue un symbole de la crise migratoire, était quasiment achevée mercredi 26 octobre au soir, après trois jours d'une opération de grande envergure.

"C'est aujourd'hui la fin de la 'jungle'", a déclaré la préfète du Pas-de-Calais, Fabienne Buccio, sur le site qui abritait des milliers de migrants depuis une décennie dans des conditions très précaires.

"Il n'y a plus de migrants au sein de la lande", a-t-elle ajouté lors d'un point de presse.

Près de 5 600 migrants "mis à l'abri"

Selon les chiffres donnés dans la soirée par les ministères de l'Intérieur et du Logement, 5 596 personnes ont été "mises à l'abri" en comptant les 1 348 évacuées au troisième jour des opérations.

Le gouvernement fait évacuer la totalité des migrants de la "jungle" pour les reloger dans des centres d'accueil et d'orientation (CAO) mis en place dans toute la France.

Dans la journée, plusieurs incendies s'étaient déclarés, en plein démantèlement de la "jungle". Les CRS s'étaient déployés en nombre pour tenter de protéger les migrants des flammes.

Un peu plus tôt, la préfecture du Pas-de-Calais avait déclaré que ces feux étaient une "tradition" afghane. Le même phénomène avait été constaté en mars lors du démantèlement de la zone sud.

Pour voir les images et vidéos sur vos tablettes et mobiles, cliquez ici.

>> À voir sur France 24 : Ces migrants qui refusent de quitter la "jungle"

Plusieurs incendies dans la nuit

Mardi soir, plusieurs incendies avaient déjà été allumés au sein du bidonville, ces derniers se sont "intensifiés entre minuit trente et trois heures du matin, notamment dans la 'zone des commerces' à l'entrée du camp", a ajouté la préfecture.

"Dès 21 heures, des départs de feux malveillants se sont déclarés de part et d'autre de la Lande [le nom officiel du camp, NDLR] mais cela a pris une tournure plus sérieuse en seconde partie de nuit", a confirmé Philippe Mignonnet, adjoint au maire de Calais, présent sur les lieux.

Au moins deux bonbonnes de gaz ont alors explosé, obligeant plusieurs personnes du campement à s'éloigner sur la "bande des 100 mètres", une zone franche à l'ouest du camp et en bordure de la rocade portuaire. Ces incendies ont tous été combattus par les pompiers, accompagnés par des CRS. "Nous avons été caillassés et avons dû intervenir protégés par les forces de police", a expliqué un pompier sur place.

Avec AFP et Reuters
 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.