Accéder au contenu principal

Vidéo : sur le front de Mossoul, des infirmiers étrangers pour soigner les peshmerga

Des infirmiers étrangers se sont engagés volontairement aux côtés des peshmerga dans la lutte pour la reprise de Mossoul.
Des infirmiers étrangers se sont engagés volontairement aux côtés des peshmerga dans la lutte pour la reprise de Mossoul. Capture d'écran France 2

Aux côtés des peshmerga qui progressent vers Mossoul, il est possible de croiser des infirmiers occidentaux. Engagés volontairement avec les combattants kurdes, ces casse-cou estiment qu'ils luttent ainsi contre l'EI à leur façon.

PUBLICITÉ

Ils ne sont ni irakiens, ni kurdes et pourtant, ils ont voulu participer à la bataille de Mossoul pour "combattre à leur façon" ce que les jihadistes de l’organisation État islamique (EI) "font à notre monde". Ces infirmiers étrangers se sont engagés volontairement aux côtés des peshmerga, en première ligne face aux jihadistes dans la bataille pour la reprise de la deuxième ville d’Irak.

Certains, comme Peter Reed, ont déjà servi dans l’armée américaine en tant qu’infirmiers, mais d’autres, comme John Rieth, n’ont connu que la vie civile. Cet ambulancier américain résume d’un lapidaire "Daesh sucks" ("Daech, ça craint") les raisons de son engagement dans une bataille où la violence est omniprésente et imprévisible. Acculé par l’avancée des peshmerga, des troupes irakiennes et les frappes de la coalition, l’EI multiplie les attentats-suicides et les attaques à la voiture piégée.

Ce jour-là justement, une voiture vient exploser tout près de la colonne de combattants kurdes. Les infirmiers étrangers doivent agir vite et même négocier avec les chefs peshmerga du matériel pour évacuer les blessés. Les combattants n’ont pas la même notion d’urgence médicale qu’eux.
 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.