Accéder au contenu principal

Élection de Trump : les réactions de la classe politique française

La classe française n'a pas tardé à réagir à l'élection de Donald Trump à la Maison Blanche.
La classe française n'a pas tardé à réagir à l'élection de Donald Trump à la Maison Blanche. Jim Watson, AFP

La classe politique française a immédiatement réagi à la victoire de Donald Trump aux États-Unis. La plupart des responsables politiques ont affiché leur préoccupation. Le Front national, lui, s'est réjoui de l'entrée de Trump à la Maison Blanche.

Publicité

Le président français François Hollande a félicité Donald Trump pour sa victoire, "comme il est naturel entre deux chefs d'État démocratiques", a-t-il pris soin de préciser. L'élection du républicain à la tête des États-Unis "ouvre une période d'incertitude", a souligné le président français. "Ce qui est en jeu, c'est la lutte contre le terrorisme, c'est la situation au Moyen-Orient, ce sont les relations économiques et c'est la préservation de la planète", a poursuivi François Hollande, promettant de discuter de tous ces sujets avec la nouvelle administration américaine "avec vigilance et franchise".

Jean-Marc Ayrault
, ministre des Affaires étrangères, a réagi sur France 2 : "Il va falloir essayer de savoir ce que veut faire ce nouveau président, puisque ce qu'il a dit jusqu'à présent provoque bien des inquiétudes. [...] Beaucoup de questions se posent. Nous sommes déjà dans un monde incertain, dans un monde même dangereux qui est en train de se transformer en profondeur."

Pour Ségolène Royal, ministre de l'Environnement, interrogée sur RTL : "Donald Trump a défendu pendant cette campagne des avis absolument invraisemblables, il a remis en cause les effets du dérèglement climatique, du réchauffement climatique. Or le dérèglement climatique, je pense, est le défi de ce siècle."

Le président du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, s'est alarmé sur son compte twitter : "La Gauche est prévenue ! Continuons nos enfantillages irresponsables et ça sera Marine Le Pen."

 

Nicolas Sarkozy, président des Républicains et candidat à la primaire de la droite, estime que l'élection de Donald Trump, alors qu'il souhaitait celle d'Hillary Clinton, exprime "le refus d'une pensée unique qui refuse de voir la réalité du rejet d'un commerce mondial qui n'est ni loyal ni équitable, une pensée unique qui ne voit pas l'exigence des peuples quant à la maîtrise de l'immigration et au respect des frontières, cette pensée unique qui ignore la nécessité des mesures difficiles qu'il y a à prendre pour protéger les citoyens du terrorisme islamiste".

Le co-fondateur du FN, Jean-Marie Le Pen salue la victoire de Trump :  "Les Américains veulent de Donald Trump qu'il soit le 'Président de son Peuple'. Aujourd'hui, les États-Unis, demain la France. Bravo ! [...] Vive Trump ! La dédiabolisation est une foutaise et une impasse. Les peuples ont besoin de vérité et de courage. Bravo l'Amérique !"

>> À lire sur France 24 : "Marine Le Pen félicite Donal Trump avant même les résultats officiels"

Autre réaction frontiste, celle de Florian Philippot, vice-président du FN, sur Europe 1 : "C'est une année très difficile pour l'oligarchie. C'est vrai qu'il y a eu le Brexit [le vote britannique sur la sortie de l'Union européenne, NDLR], maintenant la victoire de Trump. C'est le peuple américain, libre, qui a choisi librement et démocratiquement une autre voie. Deuxièmement, c'est mieux pour la paix dans le monde. Peut-être qu'on a échappé à une guerre avec la Russie, peut-être qu'on va aller vers une forme d'apaisement."

Alain Juppé, favori des sondages pour la primaire de la droite, a "pris acte" de la "décision souveraine" du peuple américain et mis en garde les Français contre "les risques que la démagogie et l'extrémisme font courir à la démocratie".

Bruno Le Maire, député Les Républicains et candidat à l'investiture présidentielle de la droite, sur Radio Classique : "Je porte encore plus fort ce matin ma volonté de renouvellement total du système politique par référendum en juin 2017, de renouvellement total du système syndical pour mettre fin au monopole syndical [...], de renouvellement complet du système administratif. [...] Face aux populismes, aux États-Unis ou en France, si on remet les mêmes, le populisme passera."

Autre candidat à l'investiture présidentielle de la droite, le président du Parti chrétien-démocrate, Jean-Frédéric Poisson, s'est également exprimé sur twitter pour féliciter le nouveau président américain : "Félicitations à Donald Trump nouveau président des États-Unis. Après le Brexit nouvelle victoire des électeurs contre le système."

 

Si les tweets ne s'affichent pas sur votre tablette ou votre mobile, cliquez sur ce lien.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.