Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"Bioéthique, le tournant ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La marine marocaine tire sur une embarcation de migrants, faisant un mort

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls traverse la frontière pour devenir maire

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Ugo Bernalicis : "La France de Macron rejoint Salvini"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Amélie de Montchalin : "Ce budget affirme que le travail paie"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La France de l'Occupation racontée par Pierre Assouline

En savoir plus

FOCUS

Une présence jihadiste, mais pas d'attentat : le cas singulier de l'Italie

En savoir plus

L’invité du jour

Reza : "Je ne suis pas photographe de guerre, je suis correspondant de paix "

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Vers un baril de pétrole à 100 dollars d'ici fin 2018 ?

En savoir plus

Découvertes

Never forget : le 45e Président des États-Unis, c'est aussi ça

© Michael Brennan / Contributeur | "Voyons voir... Quelle boulette vais-je bien pouvoir sortir encore, aujourd'hui ?" – Trump, déjà en 1999.

Texte par Émilie LAYSTARY

Dernière modification : 09/11/2016

Longtemps dégluti dans un rire jaune, blague quasi dystopique lancée au dessus des olives à l'heure de l'apéro, le scénario "Trump Président" s'est finalement réalisé, sous le choc et l'amertume des sympathisants "de gauche" du monde entier.

L'investiture républicaine du candidat avait déjà abasourdi le camp adverse. Un milliardaire régulièrement accusé de sexisme, de racisme et de complotisme, peut-il sérieusement se trouver actuellement sur le seuil de la Maison Blanche ?

VOIR AUSSI : Non, les États-Unis ne sont pas en plein épisode de "Black Mirror", c'est la réalité

Retour sur quelques unes de ces nombreuses fois où il s'est fait (tristement) remarquer.

1. "J'adore les Mexicains, leur état d'esprit, tout ça..."

Ce n'est plus un secret pour personne : le candidat républicain a fait de son "mur entre les États-Unis et le Mexique" le pillier de sa promesse de politique d'immigration. Selon Trump, les coûts engendrés par la construction de celui-ci devraient être assumés par le gouvernement mexicain. "Le Mexique nous envoie des gens qui ont beaucoup de problèmes. Ils ramènent de la drogue, du crime, ils envoient leurs violeurs", avait-il étayé.

Régulièrement interrogé sur ce point de son programme, Trump n'avait pas manqué de sortir l'argumentaire n°658 de la jurisprudence "J'ai un ami noir" :

"J'adore les Mexicains. J'adore leur état d'esprit. D'ailleurs, il y en a plein qui sont actuellement à mon service."

2. L'allusion à la taille de son pénis

Lors du onzième débat organisé à Détroit entre les candidats à la primaire républicaine, Donald Trump s'est fendu d'une petit remarque faisant allusion à la taille de son pénis. Pour répondre à son contradicteur Marco Rubio, le candidat a lancé "Regardez ces mains, est-ce que ce sont de petites mains ?", devant des millions de téléspectateurs.

"[Rubio] fait référence à mes mains : si elles sont petites, c'est que quelque chose d’autre doit être petit. Or, je vous garantis qu'il n'y a aucun problème..." a-t-il ajouté, laissant consternés une partie de l'auditoire.

3. La liste des 10 femmes avec qui il coucherait bien

Dans une interview enregistée, Donald Trump a tenu à livrer la liste des 10 femmes avec qui il se verrait bien coucher : Melania Knauss (son épouse actuelle), Ivana Trump (sa première femme), Lady Diana, Michelle Pfeiffer, Cameron Diaz, Julia Roberts, Cindy Crawford, Mariah Carey, Gwyneth Paltrow, Diane Sawyer.

À propos de Lady Diana, il dira : "Elle faisait la bonne la taille, elle était belle et elle avait une jolie peau... Tout ce qu'il faut". Avant d'ajouter : "Elle était un peu timbrée, mais c'est un détail avec lequel j'aurais pu m'arranger".

On savait déjà que Trump a un sens tout relatif de la parité. Lors de ses débats avec Hillary Clinton, le milliardaire s'est particulièrement illustré dans ses interruptions à répétition – ce que la presse anglosaxonne a qualifié de "mansterruption".

Par ailleurs, son ton lourdement paternaliste ("Thanks, sweetie" lancé à une survivante du 11 septembre), ses régulières remarques sur le physique des femmes ou encore sa remarque sur le cycle menstruel de la journaliste Megyn Kelly avaient également déjà atterré l'opinion publique.

4. La volonté de bannir les musulmans du pays

Trump revendique "l'arrêt total et complet de l'entrée des musulmans aux États-Unis", comme on peut l'entendre dans la vidéo ci-dessus à 0:50. 

Cette mesure, il souhaite l'appliquer aux immigrés comme aux touristes.

5. "Si j'avais été au Bataclan, j'aurais tiré"

Dans un entretien donné à Valeurs actuelles, Trump avait déclaré : "Je possède en permanence une arme sur moi. Je peux vous dire que si j'avais été au Bataclan ou dans un des cafés, j'aurais tiré." Une confusion des genres entre "récupération d'une triste actualité" et "débat sur le port d'armes" dont le monde se serait bien passé.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 09/11/2016