Accéder au contenu principal

Sting au Bataclan : "Célébrer la vie, mais ne pas oublier"

Sting a débuté samedi soir par une minute de silence en hommage aux victimes le concert de réouverture du Bataclan.
Sting a débuté samedi soir par une minute de silence en hommage aux victimes le concert de réouverture du Bataclan. AFP

Le concert de réouverture du Bataclan s'est tenu samedi soir à Paris, la veille de la journée de commémorations des attaques du 13-novembre.

Publicité

C’est par une minute de silence en hommage aux 90 victimes tuées au Bataclan il y a presque un an jour pour jour que Sting a débuté samedi 12 novembre le concert de réouverture de la célèbre salle parisienne.

"Ce soir nous avons deux tâches à concilier : d'abord se souvenir de ceux qui ont perdu la vie dans l'attaque, ensuite célébrer la vie, la musique dans ce lieu historique", a déclaré en français le chanteur britannique avant la minute de silence, suivie du morceau "Fragile".

Pour voir la vidéo sur votre mobile ou votre tablette, cliquez ici.

Pourquoi un concert le 12 novembre et non le 13 ? Pour que la musique passe avant les commémorations : "J'avais fondamentalement besoin que quelque chose se passe avant dimanche, a expliqué à l'AFP Jules Frutos, codirecteur de la célèbre salle parisienne, inaugurée en 1865. Démarrer avec des cérémonies devant le Bataclan et après de la musique, ça ne m'allait pas du tout, du tout."

"C'est important que (la salle) redémarre, que ça reste un lieu de concerts après ce qui s'est passé", avait, de son côté, estimé le chanteur britannique.

La recette reversée aux associations de victimes

La salle, dont la capacité maximale est de 1 497 personnes, affichait complet, avec un grand nombre d'invités. Essentiellement les familles des victimes et une poignée d'officiels. Une cellule psychologique avait été installée ce soir au cas où des proches des victimes craquent.

Fausse note de la soirée : la direction du Bataclan a refoulé des membres des Eagles of Death Metal qui souhaitaient assister au concert de Sting. Les Eagles of Death Metal jouaient sur la scène du Bataclan le soir du 13 novembre 2015.

La réouverture du Bataclan, "c'est presque une reconquête d'un espace par la musique, par la fête, contre les forces de mort", confiait cette semaine Georges Salines, le président de l'association de victimes "13 novembre : Fraternité et Vérité", qui devait se rendre au concert samedi soir. Sa fille Lola y a trouvé la mort. La recette de ce premier concert sera reversée à deux associations de victimes : Life for Paris et 13 novembre: Fraternité et Vérité.

Pour sa renaissance, le Bataclan a été refait à l'identique en huit mois de travaux. Pour ne rien garder de cette nuit tragique, tout a été changé "du toit au plancher, de la peinture aux carrelages".

Mercredi prochain, le Bataclan reprendra le cours de sa nouvelle vie, avec Pete Doherty, annoncé à guichets fermés, également jeudi. Suivront notamment Youssou Ndour, Marianne Faithfull, FFF, ou encore The Flaming Lips, d'ici le printemps.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.