Accéder au contenu principal

Fed Cup 2016 : vaincues par les Tchèques, les Bleues devront encore patienter

Caroline Garcia, victorieuse de Karolina Pliskova.
Caroline Garcia, victorieuse de Karolina Pliskova. Patrick Hertzog, AFP

Battues lors du double décisif par la paire tchèque, les Françaises ont échoué dans leur quête de titre en Fed Cup. Une énorme déception pour le tennis français qui n'a plus remporté l'épreuve depuis 2003.

PUBLICITÉ

Terrible désillusion pour le tennis français. Au lendemain d'une première journée riche en émotions, les Bleues n'ont pas réussi à concrétiser leur belle forme face à l'équipe de République tchèque, favorite de cette finale de Fed Cup 2016.

Dans une ambiance de folie au Rhenus Sport de Strasbourg, les Bleues ont tenu le choc jusqu'au double décisif, dimanche en fin de journée. Un ultime bras de fer remporté par les Tchèques en deux manches (7-5, 7-5), qui ont ainsi décroché leur cinquième Fed Cup en six ans.

Les Françaises, elles, devront patienter encore après les échecs de 2004 et 2005. Elles n'ont plus remporté l'épreuve depuis 2003 et le sacre de leur capitaine d'aujourd'hui, Amélie Mauresmo. Retour sur ce dimanche de compétition.

• Match n°1 : Garcia bat Pliskova (6-3, 3-6, 6-3)

Dos à dos avec la République tchèque samedi soir, la France a tout d'abord pris les devants dans une enceinte alsacienne chauffée à blanc, grâce à sa numéro un Caroline Garcia. L'Yvelinoise, qui était déjà apparue sous son meilleur jour la veille face à Kvitova (11e joueuse à la WTA), s'est cette fois surpassée pour s'offrir le scalp de Karolina Pliskova, pourtant 6e joueuse mondiale.

La Française a idéalement débuté la première manche de cette troisième rencontre, jouant juste et long, souvent à contrepied. Un tennis intelligent, logiquement récompensé par le gain du premier set (6-3).

Un peu plus crispée, gênée par le regain de forme de son adversaire, "Caro" a ensuite laissé filer la Tchèque en début de deuxième manche. Un écart (0-3, un break d'avance) que la joueuse du capitaine Petr Pala n'a jamais laissé se résorber (3-6). 

Puis, dans une troisième manche particulièrement tendue, il a fallu attendre le huitième jeu pour que l'une des deux joueuses ne fasse le premier break. Un écart décisif finalement réalisé par Garcia dans un Rhenus en fusion, et qui a permis aux Bleues de conclure victorieusement cette troisième rencontre (6-3, 3-6, 6-3). 


• Match n°2 : Strycova bat Cornet (6-2, 7-6)

Devant au tableau d'affichage après trois rencontres, la capitaine française Amélie Mauresmo a donc décidé de préserver Kristina Mladenovic, auteur d'un marathon la veille, en perspective d'un éventuel double décisif. Et c'est Alizé Cornet qui l'a donc remplacé au pied levé, face à Barbora Strycova.

Tendue, la Française n'a pratiquement pas existé dans la première manche, qu'elle a très logiquement abandonné 6-2. Puis la Niçoise s'est ressaisie. En début de second set, elle a très largement profité de la maladresse de son adversaire pour s'échapper (3-0). Un avantage qui n'a toutefois pas suffi, puisque Strycova est d'abord revenu à 4-4 avant de breaker.

Mais à 5-4, Cornet a trouvé les ressources pour s'accrocher (5-5), avant de laisser de nouveau filer son service dans le "money time" (6-5). Et même son ultime sursaut d'orgueil (6-6) n'a pas suffi : en dessous de son adversaire tennistiquement, Cornet s'est finalement inclinée 7-4 dans le jeu décisif, laissant de fait la République tchèque recoller à 2-2.

• Match n°3 : Pliskova - Strycova bat Garcia - Mladenovic (7-5, 7-5)

C'était donc le scénario rêvé pour les Bleues : avoir tenu le choc jusqu'au double, exercice où le duo Garcia – Mladenovic avait tout pour croire en ses chances. Oui, mais voilà... Dépassées par l'enjeu et surtout par une doublette tchèque composée de Karolina Pliskova et Barbora Strycova, les Françaises sont passées à côté. Trop souvent dominées dans l'échange, elles ont laissé filer le premier set au pire moment, à 5-5, sur un deuxième jeu de service concédé par Mladenovic en autant de tentatives.

Elles ont ensuite eu leur chance dans le deuxième set. À 1-0 puis à 2-1, elles ont gaspillé quatre balles de break, avant de voir leurs adversaires convertir leur première et basculer ensuite à 4-2. Puis, portées par un Rhenus au bord de l'implosion, elles ont recollé à 4-4 puis 5-5, avant que Mladenovic ne laisse de nouveau filer son service à 6-5. Le break de trop pour des Françaises, qui n'allaient plus se relever (7-5, 7-5).

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.