Accéder au contenu principal

Chiffrement : avec l'élection de Trump, les inscriptions à ProtonMail ont doublé

PC Format Magazine / Contributeur

Il ne s'est jamais privé de sorties virulentes contre les journalistes, les immigrés et les musulmans. Aujourd'hui élu, Donald Trump pourrait utiliser la NSA pour cibler certaines populations. La messagerie chiffrée ProtonMail est prise d'assaut.

PUBLICITÉ

Depuis la victoire de Donald Trump à l'élection présidentielle américaine, le service de messagerie sécurisée ProtonMail connaît un bond d'inscriptions.

VOIR AUSSI : Dans le monde de la tech, la pilule Trump a du mal à passer

Il faut dire que l'élection du milliardaire, les sphères tech et numérique du pays ont de quoi s'inquiéter. Vraisemblablement par peur de voir les agences de renseignement s'inviter dans leurs activités en ligne, un nombre anormal d'internautes s'est créé une adresse e-mail sur ProtonMail.

La crainte d'être épiés par le gouvernement Trump

Sur le blog du service de messagerie, le cofondateur Andy Yen révèle que ProtonMail a connu deux fois plus d'inscriptions que d'ordinaire. Il explique : "Quand on voit les arguments de campagne de Trump contre les journalistes, les détracteurs politiques, les immigrés et les musulmans, on comprend les craintes de certains d'être épiés" – ce que le chiffrement de bout en bout évite.

Pour rappel, ProtonMail est basé en Suisse et jouit donc d'une politique de neutralité. Grâce aux e-mails chiffrés de bout en bout, le seul moyen qu'aurait la NSA d'accéder aux contenus des messages serait d'avoir accès aux serveurs de la messagerie (installés en Suisse), de télécharger les e-mails en question puis d'essayer de craquer le chiffrement.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire. 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.