Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Carlos Alvarado : "Le Costa Rica a toujours été cohérent en matière d'environnement"

En savoir plus

L’invité du jour

Claire-Marie Le Guay : "La musique, c'est l'équilibre entre l'émotion et la pensée"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Nathalie Balla : "La Chine est un acteur majeur aujourd'hui, vous ne pouvez pas être hors de Chine"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Le prix des carburants à la loupe

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RD Congo : les opposants signataires de l'accord de Genève appellent à l'unité

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"We're in the Brexs*it"

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit : vers un vote de censure contre Theresa May ?

En savoir plus

POLITIQUE

Mouvement des "gilets jaunes" : l'exécutif en pleine tempête

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Michelle Obama : la première First Lady afro-américaine se raconte

En savoir plus

Découvertes

La fin du respect : une étoile soviétique transformée en Patrick de Bob l'éponge

© Vladimir Mulder, Vk | Patrick, nouveau maître de Voronej, en Russie.

Texte par Romain HOUEIX

Dernière modification : 14/11/2016

Dans la ville de Voronej en Russie, un petit malin a repeint un ancien monument soviétique. Il a transformé l'étoile de l'URSS en Patrick, le meilleur ami de Bob l'éponge, dans le dessin animé du même nom.

Alors que les anciennes républiques soviétiques s'amusent d'habitude à méthodiquement détruire les vestiges de leur passé communiste, un vandale (ou un artiste ?) a eu une bien meilleure idée.

VOIR AUSSI : Avec le projet "Tag Clouds", un artiste urbain français rend les tags lisibles par tous

Dans la ville de Voronej, en Russie, il a transformé l'étoile soviétique qui surplombait un building... en étoile de mer rouge surmontée d'un slip coloré. Autrement dit, en Patrick, le personnage du dessin animé de Nickelodeon "Bob l'Éponge", qui trône en haut de l'ancien magasin de matériel militaire Voentorg.

Un certain Vladimir Mulder, photographe russe, a tenu à faire connaître son indignation. Dans un post sur Vk, le Facebook russe, l'homme estime, clichés à l'appui, que cet acte est une provocation envers la Russie.

Les autorités locales, elles aussi, sont peu enclines à considérer l'initiative comme du street-art. Elles sont à la recherche du ou des coupables qui risquent une amende comprise entre 500 et 1 000 roubles et 15 jours de prison, explique Ria Novosti, l'agence de presse officielle russe.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 14/11/2016