Accéder au contenu principal

Syrie : l'ONG Sherpa poursuit Lafarge pour financement du terrorisme

Vue de la cimenterie LafargeHolcim de Jalabiya (Syrie)
Vue de la cimenterie LafargeHolcim de Jalabiya (Syrie) Employés de l'usine

L'ONG Sherpa a déposé plainte à Paris contre le cimentier français Lafarge, notamment pour financement du terrorisme, après les révélations sur de possibles arrangements avec l'organisation État islamique (EI) en Syrie.

PUBLICITÉ

Sherpa, une association française de défense des victimes de crimes économiques, a déposé plainte mardi contre LafargeHolcim pour les conditions d'activité, en 2013 et 2014, de la cimenterie Lafarge de Jalabiya, en Syrie.

Une porte-parole de l'ONG a indiqué au téléphone que la plainte avait été déposée auprès du doyen des juges d'instruction de Paris notamment pour "financement du terrorisme", "complicité de crimes contre l'humanité", "complicité de crimes de guerre" et "mise en danger délibérée d'autrui".

>>> À voir : "Exclusif : Lafarge a-t-il vraiment tout fait pour protéger ses employés syriens ?

"C’est la première fois que des associations déposent plainte contre une multinationale sur le fondement de financement de terrorisme, complicité de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité", a précisé dans un communiqué Laetitia Liebert, directrice générale de l’association Sherpa.

La plainte a été déposée conjointement avec le Centre européen pour les droits constitutionnels et les droits de l'Homme de Berlin. Une porte-parole de LafargeHolcim n'était pas en mesure dans l'immédiat de faire un commentaire.

Le Monde avait rapporté en juin que Lafarge avait payé des taxes à l'organisation État islamique deux ans durant pour pouvoir continuer à fonctionner pendant la guerre.

>>> À voir : "Le cimentier Lafarge aurait-il dû suspendre ses activités en Syrie ?

Lundi 14 novembre, Le Monde et France 24 révélaient également le climat et les conditions de sécurité dans l'usine les années qui ont précédé.

 

Le cimentier, aujourd'hui partie intégrante de l'ensemble LafargeHolcim issue de la fusion avec le suisse Holcim, avait répondu en juin dernier qu'après septembre 2012, le site, aujourd'hui fermé, était dirigé uniquement par mail et par téléphone et que les seules consignes qui étaient adressées concernaient la sécurité des employés.

Avec Reuters

Montage des vidéos : Dorothée Myriam KELLOU et Fanir ADRIAMIHAJA
Mixage: Lea GERY
Habillages : Frédéric LEDOUX et Laurent VEZIE

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.