Accéder au contenu principal

"C'est à cause de moi que Trump a été élu", reconnaît le gourou des fausses informations

CHRISTOPHER, FLICKR

Dans une interview au Washington Post, Paul Horner, le créateur du plus gros site de fausses informations, estime que l'élection de Trump s'explique en grande partie par la paresse des internautes qui ne vérifient pas les actualités qu'ils relayent.

PUBLICITÉ

On les a beaucoup accusés d'avoir jouer un grand rôle dans l'élection de Donald Trump à la présidence de la première puissance du monde. En effet, les sites surfant sur la viralité de fausses informations ont particulièrement eu le vent en poupe sur les réseaux sociaux, à l'instar de Facebook. De quoi réactiver le débat sur la responsabilité de ce dernier en tant qu'éditeur.

VOIR AUSSI : Google et Facebook annoncent retirer toute publicité des sites relayant de fausses informations

Pour ne rien arranger, Paul Horner, l'homme de 38 ans qui se trouve à la tête de l'empire des fausses informations, vient de reconnaîre, dans une interview donnée au Washington Post, être probablement celui sans qui Donald Trump n'aurait pu accéder à la Maison Blanche.

Ce gourou du hoax qui fait sa fortune sur la désinformation depuis maintenant plusieurs années est notamment celui qui est parvenu à faire croire à Internet qu'il était le graffeur Banksy ou encore qu'un procès opposait l'entreprise Yelp à la série South Park.

"Les gens sont débiles"

Invité à expliquer pourquoi, selon lui, son faux article faisant croire que Barack Obama invalidait les résultats des élections avait récolté pas loin de 250 000 partages sur Facebook, Paul Horner ne s'est pas embarrassé de ménager les sensibilités : "Honnêtement ? Je pense tout simplement que c'est parce que les gens sont de plus en plus débiles. Ils ne factcheckent rien..."

D'abord habité par l'envie d'écrire des articles ironiques, Paul Horner n'aurait pas prédit autant de succès à son business de fausses informations. "Mes sites ont été repris par des partisans de Trump. Même mon article sur un anti-Trump soit-disant payé 3 500 dollars pour jouer l'anti-Trump a été partagé par le directeur de campagne de Trump. Alors que j'ai tout inventé". "Quel est l'intérêt d'avoir inventé cette histoire, alors ?" s'interroge le Washington Post. 

"Parce que c'était des rumeurs qui couraient. C'était absurde alors j'ai voulu être cynique en écrivant cet article". Sauf que si les informations les plus satiriques sont consommées telles qu'elles, sans recul... Donald Trump a sûrement gagné des points grâce à de faux articles, eux-mêmes pris pour argent comptant. Les responsabilités sont doubles.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.