Accéder au contenu principal
Dans la presse

"Tunisie, la torture au grand jour"

France 24

Au menu de cette revue de presse internationale, jeudi 17 novembre, le retour des bombardements à Alep, la transition aux Etats-Unis, où Donald Trump est en train de constituer sa nouvelle équipe. Des témoignages sur la torture sous la dictature tunisienne. Et des nouvelles de Pluton.

PUBLICITÉ

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
On commence cette revue de presse internationale en Syrie, à Alep, de nouveau bombardée depuis deux jours par les chasseurs-bombardiers russes et syriens.
 
Alors que l'aide alimentaire s'épuise, après plus de quatre mois de siège, le régime veut mettre à profit le «soutien renouvelé» de la Russie et tirer parti de «l’abandon probable» des rebelles par les Etats-Unis, selon The Times, qui rappelle que cette nouvelle offensive intervient après un mois de «pause» dans les bombardements. 31 civils, dont 11 femmes et 10 enfants seraient morts, selon les Casques blancs syriens. L’hôpital pour enfants d’Alep aurait également été touché, d’après The Guardian - ce n’est pas la première fois que l’établissement est visé par des raids aériens. Le journal évoque une «intensification de la campagne militaire contre la deuxième ville du pays, sur fond de paysage géopolitique sensiblement changé par l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis».
 
Le président-élu a entamé les tractations pour la composition de sa future Administration. D’après The Washington Post, il travaille toujours dans sa Trump Tower de New York, la fameuse tour qui a aussi accueilli le tournage de son émission de télé-réalité, The Apprentice, et le siège de sa campagne électorale - c’est également là que vit Donald Trump, alors que l’immeuble est toujours ouvert au public de 8h du matin à 10h du soir, ce qui a obligé les services secrets et la police de New York à mettre sur pieds un plan de protection élaboré pour au moins les deux mois qui viennent. C’est cette cohabitation du privé et du public autour du président-élu qui inquiète The New York Times. Le quotidien, qui évoque «la toile enchevêtrée» des intérêts du milliardaire, assure qu’après avoir promis de publier sa déclaration d’impôt s’il était élu, Donald Trump «semble déterminé, à présent, à traîner avec lui jusqu’à la Maison-Blanche chaque bagage financier lié à ses hôtels, ses terrains de golf, et autres». «A moins que Donald Trump ne se décide à suivre le chemin du bon sens qu’ont suivi ses prédécesseurs pour conserver la confiance publique, les Américains n’auront jamais la certitude que ses actions à la Maison-Blanche seront guidée par l’intérêt général, plutôt que par les intérêts privés de sa famille», prédit The New York Times, qui rappelle que Donald Trump a promis de confier la gestion de ses affaires à trois de ses enfants – progéniture qui sera également intégrée à son équipe de transition. Une transition présentée comme «chaotique» et à «couteaux tirés», par le journal - à voir avec le dessin du Times, qui montre le président-élu emberlificoté dans son bureau, les noms de tous les prétendants à sa nouvelle équipe rayés au crayon rouge, dans une situation semblable à celle dans laquelle se trouve la Première ministre britannique, accusée de n’avoir aucun plan pour le Brexit. «Cette transition est très organisée», assurent l’un et l’autre.
 
En  Tunisie, les victimes de la torture sous la dictature de vont témoigner en public de leur ce qu’elles ont traversé, à partir d’aujourd’hui. Libération rapporte que ces audiences publiques, ont été organisées par l’Instance vérité et dignité, en charge de la justice transitionnelle, qui a enregistré plus de 62 000 dossiers depuis sa création en décembre 2013. La période concernée va du 1er juillet 1955, date de l’autonomie de la Tunisie, au 31 décembre 2013. 10 500 audiences ont déjà eu lieu à huis clos, et les auditions publiques n’arrivent que maintenant, selon Libé, parce que l’Instance voulait disposer de cas résolus pour permettre aux victimes de citer les noms de leurs bourreaux en toute sécurité. Parmi ceux qui vont être entendus, Béchir Khalfi, maintenu en prison de 1991 à 2007, sous la présidence de Ben Ali, pour avoir été un membre d’Ennahda, clandestin à l’époque. «Pour que je dénonce mes camarades, on a plongé ma tête dans l’eau croupie des toilettes, un geôlier raclait les semelles de ses bottes sur mes jambes jusqu’à ce que ma chair soit à vif. J’ai subi à plusieurs reprises la torture du poulet rôti» - qui consiste à maintenir la victime le corps recroquevillé, pieds et poings liés à un bâton.
 
Je ne vous laisse évidemment pas laisser filer là-dessus. Pour terminer, je vous propose de jeter un cil au Guardian, qui nous apprend que les scientifiques ont découvert un océan sous la surface gelée de Pluton. Il se trouverait entre 50 et 200 km de profondeur et a été mis au jour grâce aux images de la sonde New Horizons.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.
 

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.