Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Luis Almagro : "Une enquête sur le Venezuela doit être ouverte à la CPI"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Entre désistements et critiques, le "Davos du désert" s'ouvre à Riyad

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : Paul Biya réélu pour un 7e mandat présidentiel

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#pasdevague et #jesuisunabruti, journée chargée sur les réseaux sociaux français

En savoir plus

LE DÉBAT

Comores : les risques d'une crise politique

En savoir plus

FOCUS

Irak : des personnalités féminines anticonformistes en danger

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Le "Davos du désert" compromis par l'affaire Khashoggi

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Maroš Šefčovič : "Nous avons besoin d'intensifier le dialogue entre pays de l'Est et de l'Ouest"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Musique, mode, peinture : Mounia, égérie volcanique de la création

En savoir plus

FRANCE

"Épuisée", Jacqueline Sauvage renonce à se pourvoir en cassation

© Alain Jocard, AFP | Les avocates de Jacqueline Sauvage, Mes Janine Bonaggiunta (à gauche) et Nathalie Tomasini, à Paris le 12 août 2016,

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/11/2016

Après deux refus de sa demande de libération conditionnelle, Jacqueline Sauvage, condamnée à dix ans de prison pour avoir tué son mari violent, a décidé de ne pas se pourvoir en cassation, ont annoncé ses avocates, vendredi.

Jacqueline Sauvage, condamnée à dix ans de prison pour le meurtre de son mari violent, a renoncé, pour le moment, à une libération conditionnelle.

Par la voix de ses avocates, cette détenue, dont le sort a provoqué un large débat en France sur la définition de la légitime défense, a annoncé, vendredi 25 novembre, qu’elle ne se pourvoirait pas en cassation, après un nouveau rejet de sa demande.

Une nouvelle demande possible

Le tribunal d'application des peines de Melun (Seine-et-Marne), le 12 août, et la cour d’appel de Paris, le 24 novembre, avaient successivement refusé cette demande, pourtant rendue possible par une grâce partielle du président François Hollande. Le 31 janvier, le chef de l'État avait en effet supprimé la période de sûreté de sa peine.

Pour refuser la libération conditionnelle, le tribunal d'application des peines de Melun avait reproché à Jacqueline Sauvage "de ne pas assez s'interroger sur son acte" et estimé qu'elle ne pouvait "prétendre vivre à proximité des lieux des faits, dans un environnement qui, compte tenu des soutiens dont elle bénéficie et de la médiatisation des faits, risquerait de la maintenir dans une position victimaire".

Si elle le souhaite, Jacqueline Sauvage pourra déposer une nouvelle demande de libération.

Avec AFP

Première publication : 25/11/2016

  • FRANCE

    François Hollande accorde une grâce partielle à Jacqueline Sauvage

    En savoir plus

  • FRANCE

    La demande de liberté conditionnelle de Jacqueline Sauvage rejetée

    En savoir plus

  • FRANCE

    La justice maintient Jacqueline Sauvage en prison pour le meurtre de son mari violent

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)