Découvertes

Un collectionneur vient en aide aux sœurs Dionne, les premières quintuplées de l'histoire aujourd'hui tombées dans la misère

Les sœurs Dionne : les quintuplées devenues phénomènes de foire.
Les sœurs Dionne : les quintuplées devenues phénomènes de foire. BETTMANN, GETTY IMAGES

Un collectionneur a mis aux enchères un tableau représentant les sœurs Dionne, les premières quintuplées de l'histoire à avoir survécu à leur naissance et à leur enfance. Il promet que l'argent récolté sera reversé aux sœurs survivantes.

Publicité

L'histoire des sœurs Dionne ressemble à une tragédie. Nées en 1934, elles furent les premières quintuplées de l'histoire médicale à toutes survivre à la naissance à une époque où la mortalité infantile était bien plus importante qu'aujourd'hui. Longtemps, elle furent exploitées par le gouvernement canadien qui les transforma dès leur plus jeune âge en attraction touristique.

VOIR AUSSI : Les sœurs Dionne : les quintuplées devenues phénomènes de foire

Aujourd'hui, les deux sœurs encore en vie mènent une paisible existence, dans l'anonymat, près de Montréal. Mais l'une d'entre elles, Cécile, se trouve aujourd'hui en grande difficulté financière.

Touché par sa situation, un collectionneur d'art américain a décidé de lui venir en aide. Il compte mettre aux enchères ce mercredi soir un tableau de Gil Elvgren, illustrateur américain, daté de 1939. Si l'artiste est renommé notamment pour ses dessins de pin-up, le thème de son "Five Little Sweet-hearts", comme se nomme l'oeuvre en question, est justement les cinq sœurs Dionne.

Selon le journal canadien National Post, la toile est estimée entre 5 000 et 7 000 dollars canadiens (entre 3 000 et 4 900 euros). Le généreux donateur, qui souhaite rester anonyme, a expliqué avoir été touché par leur histoire, relatée dans un article du National Post en octobre dernier. Cécile et Anette, les deux dernières sœurs, y faisaient alors part de leurs situations et difficultés respectives. Leur interview fut un petit événement national, elles ne s'étaient plus exprimées dans les médias depuis 1999.

Cécile dépouillée par son fils

Les deux sœurs ont appris cette bonne nouvelle lundi 28 novembre et, selon le Journal de Montréal, Cécile en a été très émue : "Je n’étais pas capable de bouger. Des gens de l’extérieur sont plus là pour moi que bien des membres de ma famille", s'est étonnée la vieille dame de 82 ans.

Avec l'argent issu de la vente, Cécile espère qu'elle pourra "sortir de l'ordinaire"

Car si "le business des quintuplées" a rapporté plus de 500 millions de dollars au gouvernement canadien entre 1934 et 1943, les quintuplées, elles, sont loin d'en avoir vu la couleur. Au fil des ans, elles n'ont touché que deux dédommagements de la part de l'État : en 1954, à la mort de l'une des sœurs, le gouvernement a consenti, pour la première fois, à offrir aux quatre survivantes une compensation de 250 000 dollars chacune pour l'exploitation qu'elles avaient subies ; au terme d'une longue bataille judiciaire, en 1998, le gouvernement de la province d'Ontario a versé une seconde somme aux désormais trois sœurs survivantes, ainsi qu'aux héritiers de la quatrième. Quatre millions de dollars furent alors répartis entre eux, dont près d'un quart a servi à essuyer les frais de justice. Des broutilles en comparaison de l'argent amassé par le gouvernement.

Cécile a cependant été dépouillée de toutes ses indemnités par son propre fils, à qui elle en avait confié la gestion et dont elle reste actuellement sans nouvelles. Elle survit aujourd'hui grâce à une pension versée par l'État canadien et avec le soutien de sa sœur Anette. Avec l'argent issu de la vente, Cécile espère qu'elle pourra "sortir de l'ordinaire", comme elle l'explique au journal de Montréal.

"L’argent ira au plus urgent, comme à une séance chez coiffeur. Je vais peut-être aller au restaurant aussi, une ou deux fois par mois", a confié Cécile. "Je suis très reconnaissante envers tous ceux qui vont se joindre à cet encan [ces enchères]. Je ne les oublierai jamais et ils seront dans mes prières."

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine