Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

JP Bimeni : premier album épicé d'une voix burundaise de l'exil

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Antonio Guterres et Audrey Azoulay sondent les futurs défis à la paix

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Italie : budget provocateur ou déficit démocratique ?

En savoir plus

L’invité du jour

Pédophilie : "Une catastrophe pour les victimes, une catastrophe pour l’Église"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Juncker : "Ce n'est pas le président des États-Unis qui fixe nos agendas"

En savoir plus

LIGNE DIRECTE

Ces Tunisiens qui se mobilisent pour sauver leur patrimoine

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"Porochenko n'est pas un tsar, contrairement à Poutine"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

L'appel d'Emmanuel Macron à sécuriser le cyberespace

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Cyberattaques: "la nouvelle guerre froide"

En savoir plus

Amériques

Brésil : Sergio Cabral, ex-gouverneur de Rio, arrêté pour soupçons de corruption

© Yasuyoshi Chiba, AFP | Sergio Cabral, en novembre 2013, pendant la visite du chantier d'un tunnel construit pour les JO de 2016.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/11/2016

En pleine opération anticorruption au Brésil, l'ex-gouverneur de Rio, Sergio Cabral, a été arrêté jeudi. Alors que cet État est au bord de la faillite, l'ex-élu est accusé d'appartenir à un groupe qui aurait détourné plus de 60 millions d'euros.

Jeudi 17 novembre, dans le cadre d’une vaste enquête de lutte contre la corruption au Brésil, connue sous le nom d'opération "Lavage express", Sergio Cabral, un ancien gouverneur de l'État de Rio de Janeiro, a été arrêté.

>> À voir : Scandale Petrobras – Lula, "chef suprême" du réseau de corruption ?

Gouverneur de 2007 à 2014 – années de l'organisation de la Coupe du Monde de football 2014 et des jeux olympiques d'août 2016 – l'ancien élu a été arrêté tôt dans la matinée à son domicile dans un quartier aisé du sud de Rio, indique la police fédérale.

Démission en 2014 pour soupçons de corruption

Membre du PMDB (centre-droite), parti de l'actuel président du Brésil, Michel Temer, M. Cabral est accusé d'appartenir à un groupe qui aurait détourné plus de 220 millions de réais (l’équivalent de 60,5 millions d’euros). Il avait démissionné en 2014 avant la fin de son mandat, en raison des soupçons de corruption qui planaient sur lui, et de sa baisse de popularité.

>> À lire : le président par intérim Michel Temer mis en cause dans le scandale Petrobras

Lors d'une conférence de presse à Rio, le porte-parole du parquet fédéral a déclaré : "Les enquêtes montrent la pratique de corruption dans les travaux réalisés sous le gouvernement de Sergio Cabral, notamment la modernisation du stade Maracana, en vue du Mondial-2014 et des JO 2016, la construction de l'autoroute autour de Rio et l'urbanisation de favelas".

Les principales entreprises de BTP impliquées, Andrade Gutierrez et Carioca Engenharia, "auraient versé des pots de vins estimés à au moins 224 millions de réais" (soit 61,7 millions d’euros), a précisé un porte-parole de la police fédérale lors de cette même conférence.

Pots-de-vin en argent liquide

"Cabral aurait reçu, de 2007 à 2011, au moins 2,7 millions de réais [soit 744 000 euros] de l'entreprise Andrade Gutierrez, des pots de vin en argent liquide", selon le parquet.

Neuf autres personnes, dont l'épouse de M. Cabral, ont été interpellées pour être interrogées dans ce nouveau coup de filet de l'opération "Lavage express", qui enquête depuis 2014 sur un vaste réseau de corruption au sein du géant pétrolier public Petrobras.

L'opération a déjà conduit en prison de nombreux hommes politiques et grands entrepreneurs accusés de corruption et blanchiment d'argent notamment.

>> À voir : Scandale de corruption au Brésil – la démocratie à l'épreuve

Avec AFP

Première publication : 17/11/2016

  • BRÉSIL

    Scandale Petrobras : l'ex-président brésilien Lula inculpé pour corruption

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    Brésil : l'ex-ministre des Finances de Lula et Rousseff arrêté

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    Scandale Petrobras : arrestation de l'ex-président du Congrès Eduardo Cunha

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)