Accéder au contenu principal

Ligue 1 : le PSG craque à Montpellier

Le défenseur parisien Presnel Kimpembe durant la défaite du PSG face à Montpellier, le 3 décembre.
Le défenseur parisien Presnel Kimpembe durant la défaite du PSG face à Montpellier, le 3 décembre. Pascal Guyot, AFP

Défait par Montpellier sur le score de 3 à 0, le Paris-Saint-Germain concède la première place de la Ligue 1 à Monaco, vainqueur de Bastia. Le match Metz-Lyon a, quant à lui, été interrompu en raison de jets de pétard.

Publicité

Qui aurait parié là-dessus ? Le Paris-Saint-Germain s'est écroulé à Montpellier (3-0), laissant Monaco, bourreau de Bastia (5-0), prendre provisoirement la tête du championnat de France, samedi 3 décembre, dans une 16e journée marquée par des incidents et l'arrêt définitif du match Metz-Lyon.

Le gardien lyonnais Anthony Lopes a été visé par des pétards lancés par les ultras messins et le match a été arrêté. Le FC Metz, qui menait 1 à 0, risque de perdre le match par pénalité.

• Emery tente et perd

Le bilan est lourd pour le PSG. Une telle défaite par trois buts d'écart n'était plus arrivée pour le PSG depuis une claque reçue à Marseille (3-0) le 27 novembre 2011. Cette saison, le PSG n'avait plus été battu depuis le 23 septembre (2 à 0 à Toulouse).

Une explication ? Unai Emery a encore une fois surpris tout le monde en délaissant le 4-2-3-1 privilégié ces derniers matches, pour aligner un 4-3-3 sacrifiant Hatem Ben Arfa, laissé sur le banc en début de rencontre. "HBA" n'est entré qu'à la 57e minute, quand le PSG était mené 2 à 0 et il était trop tard.

Le coach espagnol avait voulu innover en alignant un milieu à trois inédit Nkunku-Krychowiak-Matuidi. C'est raté. Même le président du PSG, Nasser Al-Khelaïfi, l'a noté, diplomatiquement : "Aujourd'hui, il y a un changement, c'était la première fois qu'il y avait ces trois milieux ensemble (Nkunku, Krychowiak, Matuidi), mais ce n'est pas une excuse".

En tout cas, l'équipe d'Unai Emery a donc très mal préparé le choc du championnat programmé dimanche prochain au Parc des Princes contre les Niçois.

• Monaco, cinq étoiles

Évidemment, Monaco ne s'est pas fait prier pour profiter de la situation et a pris la première place provisoire en humiliant Bastia 5 à 0. L'ASM est à égalité de points avec Nice, mais devant à la différence de buts (+33 contre 17).

L'OGC Nice pourra conserver seul la tête en cas de nul à domicile contre Toulouse (dimanche à 20h45).

Dans le festival offensif de Monaco, c'est Radamel Falcao qui s'est illustré avec un doublé. Ce qui prouve que le Colombien n'a pas du tout été affecté par la présence de son nom dans l'enquête sur la dissimulation fiscale baptisée Football Leaks et menée par plusieurs médias européens dans le milieu du ballon rond.

Dans les autres matches qui sont allés à leur terme, Guingamp a battu Nantes 2 à 0 ; Lille a battu Bordeaux 1 à 0 et Angers et Lorient ont fait 2-2.

• Metz, le chaos

C'est une très mauvaise image pour le foot. Le match Metz-Lyon, interrompu d'abord provisoirement à partir de la demi-heure de jeu à la suite de jets de pétard tout près du gardien lyonnais, Anthony Lopes, à terre, a été finalement arrêté définitivement par l'arbitre.

Le FC Metz, qui menait 1 à 0, risque des sanctions devant la commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP), voire de perdre le match par pénalité. La LFP, qui "regrette ces incidents", sera "intransigeante", a-t-elle annoncé samedi dans un communiqué

Tout a commencé quand, à la 30e minute de jeu, un deuxième pétard a notamment explosé entre les jambes du portier de l'OL alors qu'il était à terre après le jet d'un premier pétard, selon les images de beIN Sports. L'arbitre Lionel Jaffredo a alors pris le ballon en mains et ramené les équipes au vestiaire pour tenter de calmer les esprits.

Mais, au bout de 45 minutes, les joueurs ne sont pas réapparus et le speaker a annoncé : "Match annulé, le stade va être évacué tribune par tribune".

Anthony Lopes est parti assis dans un camion de pompiers, pour passer des examens de contrôle à l'hôpital, a annoncé l'OL sur son compte Twitter.

 

Avec AFP

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.