Accéder au contenu principal

Nouvelle-Zélande : démission surprise du Premier ministre John Key

Le Premier ministre néo-zélandais lors d'un discours à Auckland, le 2 septembre 2014.
Le Premier ministre néo-zélandais lors d'un discours à Auckland, le 2 septembre 2014. David Rowland, AFP

Le Premier ministre néo-zélandais John Key a annoncé lundi de manière inattendue sa démission, déclarant qu'il était temps pour lui de partir après huit ans à son poste et évoquant des raisons familiales.

Publicité

Le Premier ministre néo-zélandais, John Key, a créé la surprise lundi 5 décembre en annonçant sa démission pour des raisons familiales.

"C'est la décision la plus difficile que j'aie jamais prise, et je ne sais pas ce que je vais faire ensuite", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse, ajoutant qu'il ne s'était jamais vu comme un politicien de carrière. Le chef du gouvernement a estimé qu'il s'agissait du "bon moment" pour quitter la politique après huit années au pouvoir.

Il a indiqué que l'une des principales raisons de son départ était sa volonté de passer davantage de temps avec son épouse Bronagh et leurs enfants Stephanie et Max, tout en laissant entendre qu'il y avait d'autres raisons, qu'il n'a pas précisées. "Il serait facile de dire que j'ai pris cette décision uniquement pour redécouvrir la vie personnelle et familiale que j'avais auparavant, et c'est effectivement un facteur, mais c'en est un parmi beaucoup d'autres", a déclaré John Key, qui vient de fêter son dixième anniversaire à la tête de la formation politique de centre-droit, le National Party.

"Je n'aurais en aucun cas pu accomplir un quatrième mandat dans son intégralité", a-t-il dit alors qu'il est sur le point d'achever un troisième mandat de trois ans. "Au fil des années, j'ai vu beaucoup de dirigeants qui, dans une position similaire, ne faisaient pas ce pas [de quitter le pouvoir, NDLR]. Je peux comprendre pourquoi. C'est un travail qu'il est difficile de quitter."

Le National Party doit se réunir dans les prochains jours pour élire un nouveau dirigeant. Le vice-Premier ministre Bill English est largement considéré comme le favori pour lui succéder à la tête du gouvernement.

John Key, âgé de 55 ans, était entré en politique relativement tard, devenant député en 2002 et prenant la direction du National Party quatre ans plus tard. En 2008 il mettait fin à neuf ans de pouvoir du Parti travailliste en succédant à la Première ministre Helen Clark.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.