Accéder au contenu principal

L'ex-ministre du Budget Jérôme Cahuzac condamné à trois ans de prison ferme

L'ex-ministre du Budget Jérôme Cahuzac arrivant au Palais de justice de Paris le 8 décembre.
L'ex-ministre du Budget Jérôme Cahuzac arrivant au Palais de justice de Paris le 8 décembre. Thomas Samson, AFP

L'ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac a été condamné à trois ans de prison ferme et cinq ans d'inéligibilité pour fraude fiscale. La révélation de ses comptes cachés avait déclenché un vaste scandale il y a quatre ans.

PUBLICITÉ

Trois ans de prison ferme et cinq ans d'inéligibilité. C'est la peine dont a écopé l'ex-ministre du Budget Jérôme Cahuzac, dont la révélation des comptes cachés avait déclenché il y a quatre ans le scandale le plus retentissant du quinquennat de François Hollande.

Un jugement qui suit la demande du parquet, qui à l'issue de deux semaines de procès devant le tribunal correctionnel de Paris, en septembre, avait requis de la prison ferme contre les ex-époux Cahuzac, pour "une vie familiale enracinée dans la fraude". Il a demandé trois ans de prison ferme et cinq ans d'inéligibilité contre l'ex-étoile montante socialiste, ancien maire et ancien député, qui a "trahi tous ses serments", et deux ans ferme contre son ex-épouse Patricia.

Les explications de Stéphane de Navacelle, avocat aux barreaux de Paris et de New York

Jusqu'à deux ans, une peine de prison ferme peut en effet être intégralement aménagée (semi-liberté ou bracelet électronique). Mais à partir de trois ans, le condamné passe nécessairement par la case prison, au moins pour un temps.

Un des avocats de Jérôme Cahuzac a annoncé son intention de faire appel de cette condamnation.

Le scandale Cahuzac aura profondément marqué le quinquennat François Hollande : depuis, la France a renforcé ses outils contre la fraude, avec la création d'une Haute autorité pour la transparence de la vie publique, un statut pour les lanceurs d'alerte et une agence anticorruption.

"Patrimoine dissimulé de 3,5 millions"

L’affaire Cahuzac est aussi l'histoire de la chute d'un homme qui avait "une part d'ombre". Un chirurgien de talent saisi du virus de la politique, un ministre "brillant", selon des collaborateurs et élus de tous bords. Mais aussi, comme l'a crûment mis en lumière le procès, un fraudeur au nom de code "Birdie" qui se fait remettre dans la rue des liasses de billets provenant de ses comptes cachés.

Quand, en décembre 2012, le site d'informations Médiapart révèle que le ministre du Budget a un compte en Suisse, Jérôme Cahuzac nie et s'enferre dans le mensonge. Il finira par démissionner le 19 mars 2013, par avouer sa faute le 2 avril.

Le procès va révéler les secrets bancaires d'un couple dans la tourmente. Dans les années 90, il fallait placer l'argent qui coulait à flot dans la florissante clinique d'implants capillaires gérée par les époux. "On était conscients de l'illégalité" de ces pratiques, a dit l'ex-épouse, une "femme trahie" qui révélera elle-même aux juges l'existence de comptes sur l'île de Man. Leur patrimoine global dissimulé est estimé à 3,5 millions d'euros.

Avec AFP

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.