Accéder au contenu principal

La contrôleure des prisons dénonce un "traitement inhumain" des détenus à Fresnes

Une cellule de la prison de Fresnes, le 20 septembre 2016.
Une cellule de la prison de Fresnes, le 20 septembre 2016. Patrck Kovarik, AFP

La contrôleure des prisons a publié mercredi des observations accablantes sur le centre pénitentiaire de Fresnes (Val-de-Marne). Les conditions de vie des détenus "constituent un traitement inhumain ou dégradant", peut-on lire dans son rapport.

PUBLICITÉ

Un établissement plein à craquer, envahi par les rats, où certains surveillants débordés ont développé des habitudes violentes : la contrôleure des prisons Adeline Hazan a publié mercredi des observations accablantes sur le centre pénitentiaire de Fresnes (Val-de-Marne), caractéristiques d'une "cocotte-minute prête à exploser" selon les syndicats.

Plusieurs agents du Contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGLPL), organe dirigé par l'ex-élue socialiste Adeline Hazan, ont effectué une visite à la maison d'arrêt de Fresnes pendant deux semaines début octobre, pour adresser des recommandations au gouvernement.

Leur conclusion : les conditions de vie des détenus "constituent un traitement inhumain ou dégradant", contraire à la Convention européenne des droits de l'Homme. La rénovation de cet établissement construit à la fin du XIXe siècle s'impose désormais comme une "urgence", indique le rapport.

Avec un taux d'occupation moyen qui frise les 200 % et un nombre de détenus - près de 3 000 - qui a bondi de 52 % en dix ans, Fresnes offre des "conditions d'hébergement indignes (...) très en-deçà des normes fixées par le Comité européen pour la prévention de la torture", dénonce la contrôleure.

Prévenus et condamnés sont mélangés et plus de la moitié des détenus vivent à trois dans une cellule standard de 10m2, entassés dans des lits superposés.

"Si on était dans le privé, l'établissement aurait fermé depuis longtemps", abonde Cédric Boyer, secrétaire local de FO Pénitentiaire. Pour lui, "Fresnes, c'est une cocotte-minute prête à exploser".

"Usage banalisé de la force"

Le personnel en sous-effectif est composé d'environ "70 % de stagiaires" et un seul surveillant gère 120 détenus, selon le rapport. Dans ces conditions, le respect des droits fondamentaux est "structurellement impossible", argue la contrôleure. Il règne dans la prison "un climat de tension permanente" et les surveillants ont développé "un usage banalisé de la force et des violences".

Trois surveillants ont d'ailleurs été placés en garde à vue lundi, soupçonnés d'avoir fourni des téléphones portables et de la drogue à des détenus, moyennant finance. Côté syndicats, on souligne les "risques nouveaux" engendrés par l'accueil des détenus radicalisés, en rappelant que sont incarcérés à Fresnes des prisonniers de droit commun "particulièrement durs".

Mais "l'anomalie la plus grave", selon la contrôleure, reste "l'hygiène déplorable". Les rats "évoluent en masse" dans les cours et aux abords des immeubles, attirés par les "amas d'ordures" au pied des bâtiments. Certains pénètrent même dans la détention.

>> À lire sur France 24 : "Prison : l'État français assigné pour la prolifération de rats et d'insectes à Fresnes"

En 2016, deux détenus de Fresnes ont contracté la leptospirose, maladie potentiellement mortelle transmise par les rats. Saisi par l'Observatoire international des prisons (OIP), le tribunal administratif de Melun a ordonné début octobre à l'État d'"intensifier" la dératisation.

En réponse aux observations de la contrôleure, le ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas a détaillé dans une lettre les travaux prévus pour 2017 afin de lutter contre les rats. L'État va consacrer plus de 900 000 euros notamment pour empêcher les jets de détritus en réparant les grillages aux fenêtres.

Le ministre a aussi souligné que le budget 2017 prévoyait de lancer la construction de trois maisons d'arrêt en Île-de-France pour désengorger les prisons.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.