Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Quelle réponse de l'Iran après l'attentat d'Ahvaz ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Harkis, une si longue attente"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'Élysée enlisé dans la parodie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tunisie : le cap Bon sous les eaux

En savoir plus

FOCUS

L'IVG en Allemagne, un parcours de combattante

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Michael Barenboim recherche "le dialogue des œuvres les unes avec les autres"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Nous avons essayé de comprendre s'il existe une identité européenne"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France : un hommage national aux harkis le 25 septembre

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Quelles solutions pour la crise financière de l'UNRWA ?

En savoir plus

Découvertes

Tous les patrons de la tech américaine ont été invités par Trump... sauf le CEO de Twitter

© Compte Twitter de Sean Spicer

Texte par Émilie LAYSTARY , Jeff BEZOS

Dernière modification : 15/12/2016

Elon Musk (Tesla Motors), Tim Cook (Apple), Jeff Bezos (Amazon), Sheryl Sandberg (Facebook), Larry Page (Alphabet) : les grands de la tech sont tous assis autour d'une table en marbre de la Trump Tower, invités par le président élu. Tous sauf un.

La photo mérite le coup d'œil. Postée sur Twitter, mercredi 14 décembre, par le responsable de la stratégie et de la communication du parti républicain, elle montre les grands monstres de la tech américaine, attablés autour de Donald Trump, du futur vice-président Mike Pence et des trois enfants du président élu (Donald Jr, Ivanka et Eric).

VOIR AUSSI : Moins de 48 heures après avoir été élu président, Trump s'est remis à tweeter comme Trump

Elon Musk (Tesla Motors), Tim Cook (Apple), Jeff Bezos (Amazon), Sheryl Sandberg (Facebook), Larry Page (Alphabet), mais aussi Brian Krzanich (Intel), Ginny Rometty (IBM) ou encore Chuck Robbins (Cisco) : la petite sauterie réunit ici les plus grandes fortunes et visages de l'innovation américaine. Tous sont présents, sauf un. Jack Dorsey, le CEO de Twitter.

Twitter est pourtant le réseau social préféré de Trump

Pourquoi diable Donald Trump se serait-il passé d'inviter Jack Dorsey à ces deux heures de discussion réunissant le gratin de la tech américaine ? Selon un membre de l'équipe de transition présidentielle, Twitter n'avait pas été convié... à cause de sa trop petite taille. En effet, la capitalisation boursière de l'outil de microblogage s'élève à 13,85 milliards de dollars, contre 31,92 milliards pour Tesla, qui était la plus petite entreprise invitée.

Selon Mashable, l'absence de Jack Dorsey pourrait également s'expliquer par la volonté de Donald Trump de s'entretenir avec les grands acteurs dont il a besoin de bien comprendre les pratiques. Or, en tant que grand utilisateur de Twitter, peut-être le président élu s'est-il suffisamment estimé au fait du fonctionnement du réseau social, et n'aurait pas jugé nécessaire d'en convier le CEO.

Mais pour d'autres, tel que le média politique Politico, notamment repris par le site Internet américain Re/Code, c'est sans doute une histoire d'emoji qui aurait froissé le président élu. En effet, lors de la campagne présidentielle, l'équipe de Donald Trump avait lancé le hashtag #crookedhillary (en français, "Hillary la véreuse" – une des insultes préférées de Donald Trump à destination de Hillary Clinton), à côté duquel apparaissait un petit sac de dollars. 

Après avoir été une première fois acceptée par Twitter, le hashtag a finalement été retiré – le réseau social estimant qu'il n'était pas assez clair que ce hashtag avait été commandé par Donald Trump, à des fins politiques. À l'époque, Gary Coby, le directeur de la communication numérique de Trump s'était même fendu d'un long billet énervé sur Medium.

À moins que ne soient plutôt incriminés les propos de Jack Dorsey dans un entretien à Re/Code, le 7 décembre. Celui-ci disait, en parlant de l'hyperactivité de Donald Trump sur Twitter : "Le plus pénible, c'est que ça implique de se retrouver avec l'équivalent d'une ligne directe en temps réel sur la façon dont il pense", s'était-il agacé. Cette sortie aurait-elle déplu au président élu ? D'autant que Jack Dorsey a également été le seul CEO de la Sillicon Valley à avoir critiqué une proposition de campagne de Donald Trump, la création d'un fichier des musulmans.

Une prise de contact générale

Reste que, Jack Dorsey ou pas Jack Dorsey, création d'emploi et économie ont été au menu des discussions. Le rendez-vous a été une espèce de première prise de contact générale avec le désormais futur président. 

On imagine l'ambiance toute particulière qui devait régner dans cette salle de la Trump Tower. Pour rappel, Donald Trump n'avait pas épargné quelques uns de ses invités du jour : il avait notamment reproché à Tim Cook son refus de collaborer avec le FBI lors de l'affaire de San Bernadino ou encore à Jeff Bezos d'être propriétaire du journal The Washington Post.

En marge de cette réunion, Donald Trump devrait également continuer à rencontrer certains grands acteurs de la tech en tête-à-tête. Qui sait, Jack Dorsey sera peut-être invité à dîner aux chandelles avec le président élu, une prochaine fois.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 15/12/2016