Accéder au contenu principal

Nouveau piratage massif chez Yahoo!, plus d'un milliard de comptes concernés

Karen Bleier, AFP

Les données liées à plus d'un milliard de comptes de la messagerie Yahoo! ont fait l'objet d'un piratage en août 2013. L'origine de l'intrusion est inconnue. Cette nouvelle affaire risque de compromettre le rachat du groupe par Verizon.

Publicité

Yahoo! a annoncé, mercredi 14 décembre, avoir identifié un nouveau piratage massif de ses systèmes, précisant que des données associées à plus d'un milliard de comptes de ses utilisateurs avaient été mis en péril en août 2013, ce qui en fait le plus important piratage informatique de l'Histoire.

"Les données piratées seraient des noms, des adresses ou des dates de naissance, explique Loic Pialat, correspondant à Los Angeles. Il n'y a pas de données bancaires, en revanche les informations personnelles se revendent à prix d'or sur le darknet. Les hackers ont aussi accès aux mots de passe."

L'ampleur de ce piratage est deux fois plus importante que celui annoncé en septembre par Yahoo!, qui portait sur au moins 500 millions de comptes.

Le titre a perdu 2,5%

Le groupe, en passe de vendre ses activités internet à Verizon Communication pour 4,83 milliards de dollars (4,60 milliards d'euros), a précisé que ce nouvel incident était différent de celui dont il avait fait état il y a trois mois. Dans des échanges d'après-Bourse, le titre Yahoo! perdait 2,5%.

>> À lire sur France 24 : "Yahoo! reste flou sur les détails du vol massif de données"

Le groupe a dit qu'il alertait les utilisateurs potentiellement affectés, ajoutant qu'il avait pris des mesures pour sécuriser les comptes.

Verizon, qui avait déjà dit en octobre qu'il se réservait la possibilité de renoncer à son offre sur Yahoo! après le piratage de septembre, a déclaré : "Nous allons passer en revue l'impact de ce nouveau développement avant de tirer des conclusions définitives".

Yahoo! a précisé n'avoir pas été en mesure d'identifier l'intrusion responsable du vol de données. Tout juste le groupe a-t-il affirmé que l'attaque avait été coordonnée par une puissance étrangère, sans toutefois donner de nom.

Avec Reuters
 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.