Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Carlos Alvarado : "Le Costa Rica a toujours été cohérent en matière d'environnement"

En savoir plus

L’invité du jour

Claire-Marie Le Guay : 'La musique, c'est l'équilibre entre l'émotion et la pensée"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Nathalie Balla : "La Chine est un acteur majeur aujourd'hui, vous ne pouvez pas être hors de Chine"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Le prix des carburants à la loupe

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RD Congo : les opposants signataires de l'accord de Genève appellent à l'unité

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"We're in the Brexs*it"

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit : vers un vote de censure contre Theresa May ?

En savoir plus

POLITIQUE

Mouvement des "gilets jaunes" : l'exécutif en pleine tempête

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Michelle Obama : la première First Lady afro-américaine se raconte

En savoir plus

FRANCE

Création d’un comité de suivi des victimes de terrorisme, une "grande première"

© AFP | Des Parisiens se recueillent à côté du Carillon, l'un des bars parisiens attaqués le soir du 13 novembre par un commando terroriste.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 17/12/2016

Les pouvoirs publics se sont engagés vendredi à prendre le dossiers d'aide aux victimes du terrorisme à bras-le-corps. France 24 a suivi la mise en place du comité local à Paris, en présence de la secrétaire d'État d'aide aux victimes.

C’est un comité "sur-mesure", vante Juliette Méadel, la secrétaire d’État auprès du Premier ministre chargée de l’Aide aux victimes. Vendredi 16 décembre 2016, la secrétaire d'État a présenté le "comité local de suivi des victimes (CLSV) d’actes de terrorismes de Paris" créé par la préfecture de Paris et d'Île-de-France en coordination avec de nombreux pouvoirs publics (Mairie de Paris, Procureur de la République, Préfet de police) et des associations. Leur but : suivre les dossiers "difficiles" des victimes de terrorisme. En clair, le CLSV a été créé pour centraliser tous les problèmes d’ordre médical, judiciaire, administratif ou financier rencontrés par les victimes.

"Accompagnement psychologique, certificats médicaux, accompagnement dans le retour à l'emploi, procédure judiciaire", il permettra d’apporter des réponses plus rapidement à tous ceux qui en ont besoin, a aussi expliqué la secrétaire d’État. "Nous sommes aux côté des victimes pour leur éviter des démarches administratives trop lourdes".

>> À lire sur France 24 : "Attentats du 13 novembre : une association pour rompre l’isolement"

La ministre a inauguré ce comité en présence de Jean-François Carenco, préfet de la région Île-de-France et de Paris, de Jean-Michel Hayat, président du tribunal de grande instance de Paris, de François Molins, procureur de la République de Paris, de Colombe Brossel, une représentante de la mairie de Paris, des associations de victimes (Fenvac, AFVT, 13-Novembre Fraternité et Liberté, Life for Paris), de représentants de la Caisse d'allocations familiales ou encore du Fonds de garantie des victimes du terrorisme.

"Ne pas ajouter de la douleur à la douleur"

"C'est la première fois qu'on met tous les acteurs du service public autour de la table à Paris et ça permet aux victimes d'avoir une entrée unique pour régler toutes les questions et tous les problèmes", a déclaré la secrétaire d'État. Le CLSV propose ainsi de "simplifier la vie" des victimes pour ne "pas ajouter de la douleur à la douleur". Idéalement, le comité se réunira tous les trois mois, mais cette fréquence s’adaptera en fonction du nombre de dossiers à traiter.

>> À lire sur France 24 : "Attentats du 13 novembre : les victimes oubliées de l’assaut de Saint-Denis"

Le CLSV de Paris, comme son nom l'indique, ne concerne que les habitants de la capitale et de sa région. La Ville a recensé 1 604 victimes au total depuis les attentats de Charlie Hebdo, de l’Hyper Cacher et du 13-Novembre : des victimes directes – blessées physiquement ou psychologiquement – et des victimes indirectes (proches de personnes décédées).

Dix comités locaux ont déjà été installés partout en France, depuis leur création par un décret du 3 août, peu après l'attentat de Nice le 14 juillet.

Première publication : 17/12/2016

  • FRANCE

    Le gouvernement français propose la prolongation de l'état d'urgence jusqu'au 15 juillet

    En savoir plus

  • FRANCE

    Attentat de Nice : trois suspects mis en examen et écroués

    En savoir plus

  • FRANCE

    Attentats du 13-Novembre : Salah Abdeslam refuse une nouvelle fois de répondre au juge

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)