Accéder au contenu principal
ALLEMAGNE

Un camion fonce sur un marché de Noël à Berlin, la piste de l'attentat privilégiée

Des ambulances à côté du camion ayant foncé sur la foule sur un marché de Noël à Berlin.
Des ambulances à côté du camion ayant foncé sur la foule sur un marché de Noël à Berlin. Odd Andersen, AFP
|
Vidéo par : Anne MAILLIET
4 mn

Un camion a foncé sur la foule près d'un marché de Noël, lundi soir, à Berlin, faisant au moins douze morts et de nombreux blessés, selon la police, qui enquête sur un "probable" attentat terroriste. Le chauffeur présumé a été arrêté.

Publicité

En Allemagne, un camion a foncé "intentionnellement" sur la foule près d'un marché de Noël à Berlin, lundi 19 décembre, faisant au moins 12 morts et 48 blessés, dont certains sont dans un état grave, a affirmé la police. Le drame s'est produit vers 20 heures, sur le marché situé près de l'Église du Souvenir de l'empereur Guillaume, à l'ouest de la capitale.

Un homme suspecté d'être le chauffeur du camion a été interpellé et est actuellement entendu par la police. D'après un porte-parole, sa nationalité n'a pas encore été établie avec certitude. Un second individu a été retrouvé mort dans le véhicule. "L'homme dans le camion est un citoyen polonais", a indiqué la police berlinoise sur son compte Twitter.

Selon la télévision publique allemande, le véhicule venait de Pologne. Son propriétaire, qui est le cousin du chauffeur, a affirmé que ce dernier devait livrer de l'acier à Berlin.

Marché de Noël attaqué à Berlin : "Le scénario catastrophe que redoutaient les autorités"

La police allemande s'oriente vers la piste d'un attentat. De son côté, le ministre de l'Intérieur, Thomas de Maizière, a déclaré à l'antenne de la chaîne publique ZDF : "Je ne veux pas encore pour le moment prononcer le mot attentat même si beaucoup de raisons le laissent penser".

L'enquête a été confiée au bureau du procureur fédéral. Les habitants ont été invités à ne pas sortir de chez eux et à ne pas relayer de rumeurs. La police a également demandé aux Berlinois de ne pas emprunter les rues proches de la place où a eu lieu l’attaque.

Angela Merkel "en deuil"

La chancelière allemande s'est dit "en deuil" à la suite de l'attaque. Le maire de Berlin, Michael Müller, et le sénateur Andreas Geisel se sont rendus sur place. "Je suis horrifié et très affecté, a assuré le sénateur. Nous ne connaissons pas encore les motivations de cet acte. Mes pensées vont vers les proches des victimes".

Washington a condamné dans la soirée ce qui "semble être une attaque terroriste" à Berlin. Quelques heures plus tard, le président élu des États-Unis, Donald Trump, a, lui, accusé sans détour les "terroristes islamistes".

"Des civils innocents ont été tués dans les rues alors qu'ils se préparaient à fêter Noël. L'État islamique et d'autres terroristes islamistes attaquent continuellement les chrétiens au sein de leurs communautés et lieux de culte", a-t-il affirmé, expliquant que cette stratégie fait "partie de leur jihad mondial".

Le président français, François Hollande, a, de son côté, exprimé "sa solidarité et sa compassion à la Chancelière Merkel, au peuple allemand et aux familles des victimes de Berlin."

L'attaque rappelle l'attentat de Nice, qui a fait 86 morts le 14 juillet dernier en France, lorsqu'un poids lourd a foncé dans la foule réunie pour assister au feu d'artifice de la fête nationale. L'organisation État islamique s'était attribué la responsabilité du carnage.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.