Accéder au contenu principal

Turquie : l'ambassadeur de Russie tué par balles à Ankara

L'homme qui vient d'abattre l'ambassadeur Andreï Karlov à Ankara.
L'homme qui vient d'abattre l'ambassadeur Andreï Karlov à Ankara. AFP

L'ambassadeur de Russie en Turquie a été assassiné, lundi, à Ankara par un policier turc. Ce dernier, qui a été abattu, a affirmé agir pour venger le drame de la ville d'Alep, où les forces russes sont alliées au régime syrien.

Publicité

L’ambassadeur de Russie en Turquie a succombé à ses blessures, lundi 19 décembre, après avoir été la cible d'une attaque armée à Ankara. Le diplomate Andreï Karlov a été abattu de plusieurs balles alors qu'il prononçait une allocution lors de l'inauguration d'une exposition d'art dans la capitale turque.

Dans une vidéo diffusée sur Internet, on voit l'assassin hurlant, d'abord en arabe avec un accent marqué, puis en turc. L'ambassadeur est allongé à terre à côté de lui. L'homme, en costume noir et armé d'un pistolet, crie "Allah Akbar" ("Dieu est le plus grand") et évoque en arabe "ceux qui ont fait allégeance au jihad".

"N'oubliez pas la Syrie, n'oubliez pas Alep", crie-t-il ensuite en turc à deux reprises. "Tous ceux qui prennent part à cette tyrannie rendront des comptes, un par un". La ville d’Alep est en passe de tomber aux mains du régime de Damas avec le soutien de Moscou.

Trois autres personnes ont été blessées, selon les médias turcs.

L’agresseur était un policier

Selon le ministre turc de l'Intérieur, l'assassin a été "neutralisé". Des photos le montrant à terre, visiblement mort, avec des impacts de balle sur le mur derrière lui, ont été diffusées sur les réseaux sociaux.

Cet individu a été identifié par les autorités turques comme étant un policier de 22 ans. "L’homme n’était pas en service au moment des faits. Il se serait présenté comme un policier nouvellement chargé de la sécurité de cet ambassadeur et aurait ainsi pu s’approcher d’Andreï Karlov", précise Fatma Kizilboga, correspondante de France 24 en Turquie.

Une perquisition a été menée à son domicile, a annoncé le parquet. Ses parents et sa soeur ont été arrêtés, selon l'agence Dogan.

Dénonçant "un acte terroriste", la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a déclaré que "les assassins seront punis".

L'enquête se focalise désormais sur les liens du tueur avec le réseau guléniste, a déclaré un haut responsable des services de sécurité. Des "indices très probants" indiquent que l'agresseur, un policier basé à Ankara, appartenait au réseau du prédicateur turc exilé aux États-Unis Fethullah Gülen, que le pouvoir turc accuse d'avoir fomenté une tentative de putsch le 15 juillet. Les conseillers du prédicateur ont immédiatement démenti tout lien avec cet assassinat, qu'ils ont également condamné.

Erdogan et Poutine dénoncent une "provocation"

Les présidents turc, Recep Tayyip Erdogan, et russe, Vladimir Poutine, dans des déclarations séparées, ont qualifié cet assassinat de "provocation" visant à torpiller la normalisation entre les deux pays, entamée en août après une grave crise diplomatique. Ils s'étaient parlé au téléphone peu après l'attaque.

Les États-Unis ont, de leur côté, condamné "cet acte de violence, quelle qu'en soit l'origine". Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a déploré "un acte terroriste insensé". La responsable de la diplomatie de l'Union européenne, Federica Mogherini, s'est, elle, dite "profondément choquée" par cet assassinat, tandis que le président français François Hollande l'a condamné "avec force".

La Syrie, où la Russie apporte un soutien militaire crucial au régime du président Bachar al-Assad, a quant à elle condamné un "crime abominable".

Né en 1954, Andreï Karlov avait été nommé dans la capitale turque en juillet 2013. Marié et père d'un enfant, il avait été en poste dans les deux Corées, notamment comme ambassadeur à Pyongyang de 2001 à 2006.

Avec AFP et Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.