Accéder au contenu principal

Revendication de l'EI, suspect recherché : le point sur l'enquête après l'attentat de Berlin

Le camion qui a foncé sur la foule sur le marché de Noël de Berlin, le 19 décembre, était immatriculé en Pologne.
Le camion qui a foncé sur la foule sur le marché de Noël de Berlin, le 19 décembre, était immatriculé en Pologne. Tobias Schwarz, AFP

Un camion immatriculé en Pologne a foncé "intentionnellement" sur la foule de l'un des marchés de Noël de Berlin lundi soir, faisant au moins 12 morts et 49 blessés. L'organisation État islamique a revendiqué l'attaque.

Publicité

Au lendemain de l'attaque d'un camion sur un marché de Noël à Berlin, l'organisation État islamique (EI) a revendiqué l'attentat mardi 20 décembre. Selon la commission Santé du Sénat, 25 personnes étaient encore hospitalisées mardi soir.

  • Que sait-on du déroulement de l'attentat ? 

Lundi 19 décembre, vers 20 heures, un camion a traversé sur 50 à 80 mètres un des marchés de Noël les plus visités à Berlin, dans l'ouest de la capitale allemande. Selon la correspondante de France 24 à Berlin, Anne Mailliet, qui était sur place deux heures avant le drame, "le lieu était très fréquenté ce soir-là à l'approche des fêtes", à la fois par les Berlinois mais aussi par les touristes. Le dernier bilan provisoire de la police fait état de 12 morts et de 49 blessés dont 14 dans un état grave. Selon la presse locale, les personnes hospitalisées souffrent de fractures diverses et d'hémorragies internes, causées par la violence du choc. Un témoin australien a indiqué que des enfants et personnes âgées figuraient parmi les personnes gisant au sol après le passage du camion.

>> À lire : "J'ai juste vu ce gigantesque camion foncer sur nous"

L'EI a revendiqué l'attaque mardi soir par le biais de son agence de propagande Amaq. Les enquêteurs allemands n'avaient pas attendu cette annonce pour noter la similarité avec l'attaque au camion-bélier de Nice, le 14 juillet, qui fit 86 morts et plusieurs centaines de blessés. Cet attentat avait également été revendiqué par l'EI.

>> À (re)lire, les événements de mardi en direct : avancée de l'enquête, réactions...

 

  • Que sait-on de l’homme interpellé lundi ?

Un homme a été interpellé deux kilomètres plus loin par la police, guidée par un témoin de l'attentat qui l’a poursuivi à travers un parc, selon les médias allemands. Cet homme, un Pakistanais inconnu des services de police, arrivé en Allemagne le 31 décembre 2015, avait vu sa demande d’asile rejetée. Des analyses étaient en cours mardi pour déterminer si son ADN correspondait à des "traces" retrouvées dans le camion et le parquet fédéral allemand a finalement annoncé mardi soir que le suspect avait été remis en liberté, faute de preuves.

Du coup, le véritable auteur de l'attentat est en toujours fuite. "Nous avons probablement un dangereux criminel dans la nature", a reconnu le chef de la police berlinoise, Klaus Kandt, sans exclure qu'il y ait eu un ou des complices. Il a ajouté dans la soirée sur une chaîne de télévision que le fugitif avait "une arme".

 

  • Que sait-on du routier qui conduisait le poids lourd ?

Le chauffeur habituel du poids lourd immatriculé en Pologne, a été retrouvé mort dans le véhicule lundi soir. Il était employé d’une société de transport appartenant à son cousin, Ariel Zurawski, et installée près de Gryfino, dans le nord-ouest de la Pologne.

L'homme de 37 ans, qui laisse une femme et un fils de 17 ans, était un costaud de 120 kilos, mesurant 183 centimètres, a précisé aux médias polonais Ariel Zurawski. "Une seule personne n'aurait pas eu raison de lui". Les autorités chargées de l’enquête attendent les résultats de l’autopsie de son corps.

Le gérant de la société avait perdu le contact avec le conducteur du camion à partir de 16 heures lundi. Le véhicule était chargé de 25 tonnes de produits métallurgiques en provenance d'Italie. Le routier se préparait à passer la nuit à Berlin, la société berlinoise qui devait prendre le chargement n'ayant pas pu le recevoir lundi.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.