Accéder au contenu principal

Législatives ivoiriennes : la coalition présidentielle obtient la majorité des sièges du Parlement

Des membres de la commission électorale indépendante procèdent au dépouillement des bulletins de vote, le 18 novembre 2016, à Abidjan.
Des membres de la commission électorale indépendante procèdent au dépouillement des bulletins de vote, le 18 novembre 2016, à Abidjan. Sia Kambou, AFP

La coalition soutenant le président Alassane Ouattara a obtenu la majorité des sièges du Parlement ivoirien, lors des élections législatives du 18 décembre, a annoncé mardi la Commission électorale indépendante.

PUBLICITÉ

Pour les premières élections législatives de la IIIe République ivoirienne, la coalition soutenant le président Alassane Ouattara a obtenu la majorité avec 167 sur 254 sièges du Parlement ivoirien, a annoncé mardi 20 décembre la Commission électorale indépendante (CEI).

Peu d’électeurs ivoiriens s’étaient déplacés pour ce scrutin organisé le 18 décembre. Le taux de participation n’était que de 34,10 %, a annoncé le président de la CEI, Issouf Bakayoko. "Les résultats du scrutin se présentent comme suit : ont obtenu RDHP (coalition au pouvoir) 167 sièges, Indépendants 75, UDPCI 6, UPCI 3 et le FPI (l'ex-parti de Laurent Gbagbo) 3", a-t-il détaillé.

"Esprit de civisme et de discipline"

"Avec ce scrutin" qui s'est tenu dans "un esprit de civisme et de discipline (...) notre pays vient de se doter du premier Parlement de la IIIe République" s'est félicité Issouf Bakayoko, saluant une "avancée significative de la consolidation de celle-ci". "Deux cent vingt-cinq hommes et 29 femmes" vont faire partie de la configuration de la prochaine Assemblée nationale ivoirienne, a-t-il ajouté.

Ces législatives ont été les premières élections à se tenir sous la IIIe République ivoirienne, après l'adoption d'une nouvelle Constitution en octobre à l'initiative du président Ouattara, réélu un an auparavant pour un deuxième et dernier mandat.

Dans ce scrutin à tour unique, la coalition présidentielle visait la majorité absolue même si elle a dû faire face à de nombreuses candidatures dissidentes et à une opposition. Cette dernière, qui avait boycotté les précédentes législatives de 2011, espérait faire son retour au Parlement.

Avec AFP
 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.