Accéder au contenu principal

Attentat de Berlin : un ressortissant tunisien "recherché dans toute l'Europe"

Capture d'écran du mandat d'arrêt contre le ressortissant tunisien suspecté d'être impliqué dans l'attentat de Berlin.
Capture d'écran du mandat d'arrêt contre le ressortissant tunisien suspecté d'être impliqué dans l'attentat de Berlin. Police judiciaire/AFP

Trois jours après l'attentat meurtrier au poids-lourd sur un marché de Noël de Berlin, revendiqué par le groupe État islamique, un nouveau suspect, un Tunisien de 24 ans, a été identifié. Il est activement recherché.

PUBLICITÉ

Trois jours après l'attentat au camion-bélier d'un marché de Noël lundi à Berlin qui a tué 12 personnes et qui a été revendiqué par le groupe djihadiste État islamique, un nouveau suspect était recherché mercredi 21 décembre par la police.

Le suspect a été identifié comme étant Anis Amri, un ressortissant tunisien de 24 ans. L'avis de recherche précise que l'individu est "très dangereux et susceptible d'être armé".

Anis Amri mesure 1 m 78 et pèse environ 75 kilos. "Si vous voyez la personne recherchée, informez la police. Mais ne vous mettez pas vous-même en danger, cette personne pourrait être dangereuse et armée", a précisé le parquet anti-terroriste allemand dans un communiqué."Une récompense pouvant aller jusqu'à 100 000 euros est disponible", a par ailleurs indiqué le parquet.

"Nous avons un nouveau suspect, il est activement recherché", avait indiqué plus tôt mercredi le ministre de l'Intérieur allemand Thomas de Maizière, lors d'un point presse après des informations en ce sens de plusieurs médias. Et de préciser : "Un avis de recherche a été émis à minuit pour l'Allemagne mais aussi pour l'espace Schengen c'est-à-dire en Europe". Ce nouveau suspect n'est pas nécessairement l'auteur de l'attentat, avait alors précisé le ministre ajoutant que d'autres pistes étaient explorées.

Thomas De Maizière s'exprimait après une réunion d'une commission de la chambre basse du Parlement, qui a été informée de l'état de l'enquête. Si le ministre avait alors refusé de s'exprimer sur l'identité du suspect, les députés présents à l'audition avaient cependant confirmé qu'il s'agissait bien d'un Tunisien comme la presse allemande l'affirmait dès le matin.

Attentat de Berlin : "La revendication de l'EI est inhabituelle pour un suspect en fuite"

Un Tunisien qui "dispose manifestement de plusieurs identités"

"Il s'agit d'un Tunisien (...) âgé de 21 à 23 ans", avait ainsi indiqué le député Stephan Meyer, membre de l'aile droite de la famille politique de la chancelière Angela Merkel, précisant que le jeune homme "dispose manifestement de plusieurs identités". "Manifestement, il s'agit d'un individu classé dangereux que les services de sécurité connaissaient et qui appartenait à la scène islamiste-salafiste", a souligné cet élu.

La police l'a identifié grâce à un document d'identité retrouvé dans la cabine du camion-bélier. Un député ayant aussi participé à la réunion au Parlement a dit pour sa part que c'était tout le "porte-monnaie" du suspect qui avait été retrouvé sur place mais que la police ne pouvait pas affirmer que le Tunisien était dans le camion.

Selon le député Stephan Meyer, l'homme est arrivé "en Allemagne via l'Italie à l'occasion de la crise des réfugiés".

Un suspect arrivé en Allemagne en juillet 2015, selon la presse

Dès mercredi matin, plusieurs médias allemands, dont le journal Der Spiegel, avaient indiqué que les autorités étaient à la recherche d'un Tunisien d'une vingtaine d'années originaire de Tataouine, dans le sud de la Tunisie.

L'homme serait connu sous au moins trois identités et dates de naissance différentes ainsi que pour des faits de violence, selon Bild. La police serait remontée jusqu'à lui grâce à un document d'identité retrouvé dans la cabine du camion, sous le siège du conducteur. Ce document, remis à certains demandeurs d'asile, a été émis à Kleve, une ville de Rhénanie du Nord-Westphalie, située à la frontière avec les Pays-Bas.

Le quotidien Süddeutsche Zeitung, qui prête au suspect jusqu'à huit identités, indique que l'homme est arrivé en juillet 2015 en Allemagne où il a déposé une demande d'asile en avril 2016, demande qui lui a été refusée. Ce Tunisien aurait, par ailleurs, entretenu des contacts avec un ressortissant irakien de 32 ans, arrêté en novembre avec quatre complices pour avoir monté un réseau de recrutement pour le compte du groupe État islamique, selon le parquet fédéral.

Plusieurs fausses pistes depuis lundi

Dans un premier temps, dès lundi soir, la police berlinoise avait cru tenir le coupable : un demandeur d'asile pakistanais arrêté une heure après le carnage à deux kilomètres du marché de Noël. Mais l'individu a été remis en liberté dès mardi soir et innocenté. Il avait été arrêté sur la foi d'un témoignage.

Un nouveau suspect a été arrêté aux premières heures de mercredi, mais il a ensuite été remis en liberté, rapporte RBB, le groupe de radio-télévision Rundfunk Berlin-Brandenburg.

Avec AFP et Reuters
 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.