Accéder au contenu principal

Le Conseil de sécurité demande l'arrêt de la colonisation israélienne après l'abstention des États-Unis

Thomas Coex, AFP

Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté une résolution demandant l'arrêt des constructions permettant la colonisation israélienne dans les Territoires palestiniens, après la décision des États-Unis de ne pas utiliser leur droit de veto.

Publicité

Une résolution réclamant l'arrêt de la colonisation israélienne dans les Territoires palestiniens a été adoptée vendredi 23 décembre par le Conseil de sécurité de l'ONU, par un vote pour de 14 de ses 15 membres.

Les Etats-Unis, qui d'ordinaire opposent leur veto à toute résolution sur la question de la colonisation des territoires occupés palestiniens par Israël, se sont cette fois abstenus de voter sur le texte présenté par la Nouvelle-Zélande, la Malaisie, le Venezuela et le Sénégal. La veille, l'Égypte, l'un des sponsors du texte, avait finalement décidé de le retirer sous la pression président élu américain Donald Trump, dont l'intervention avait été sollicitée par Israël.

Le texte exhorte l'État hébreu à "cesser immédiatement et complètement toute activité de colonisation en territoire palestinien occupé, dont Jérusalem-Est". Il considère que la colonisation est "dangereuse pour la viabilité d'une solution à deux États". Il reprend notamment la position de l'ONU selon laquelle les colonies israéliennes "n'ont pas de valeur juridique".

"Un grand camouflet" pour Israel

Ce vote représente "un grand camouflet" pour Israël, a déclaré Nabil Abou Roudeina, un responsable palestinien. "Il s'agit d'une condamnation internationale unanime de la colonisation et d'un fort soutien à une solution à deux Etats", a-t-il ajouté.

"Israël rejette cette résolution anti-israélienne honteuse des Nations unies et ne s'y conformera pas", annonce un communiqué du bureau du premier ministre israélien Netanyahu. L'ambassadeur israélien a également dénoncé cette résolution et critiqué l'abstention des Etats-Unis, affirmant "ne pas douter" que la nouvelle administration américaine et le nouveau Secrétaire général allaient travailler à l'instauration d'une nouvelle ère des relations entre Israël et les Nations unies.  

"Concernant l'ONU, les choses seront différentes après le 20 janvier", a tweeté le président élu des Etats-Unis après ce vote.

 

Une réaction qui semble faire écho au commentaire de l’administration Obama sur l’abstention américaine. « Il n’y a qu’un seul président à la fois et jusqu’au 20 janvier, c’est le président Obama », a-t-elle souligné.

En France, le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a salué sur son compte Twitter cettte résolution "rappelant l'importance de la solution des deux États, Israël et la Palestine, vivant en paix et en sécurité."

Après avoir eu vent des intentions de l'administration sortante de Barack Obama, qui s'apprêtait à ne pas faire usage de son droit de veto contre le texte, Israël s'était alors tourné vers lui. L'État hébreu avait sollicité son intervention auprès du président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, selon un responsable israélien. Donald Trump, qui prendra ses fonctions le 20 janvier, avait plaidé pour un veto américain dans une rare prise de position pour un président élu et appelé le président Sissi, selon un communiqué de la présidence égyptienne.

C'est en 2009 que les Etats-Unis se sont abstenus pour la dernière fois lors d'un vote au Conseil de sécurité. En 2011, ils avaient opposé leur veto à une résolution similaire au projet égyptien.

Malgré les appels de l'ONU à cesser la colonisation, l'organisation internationale constate une augmentation des constructions israéliennes ces derniers mois.

Avec Reuters et AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.