Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Jacques Audiard : "Depuis longtemps, j'avais envie de tourner avec des Américains"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Voyage inoubliable sur le train du désert en Mauritanie et 300 kilomètres pour les plages de Tunisie

En savoir plus

L’invité du jour

Ghislaine Dehaene : "Il faut parler au bébé pour lui permettre de façonner son esprit"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Population mondiale : le vieillissement s’accélère

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Gérard Collomb, chronique d'un départ annoncé"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La catastrophe humanitaire évitée à Idleb?"

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Libre échange, quand les barrières tombent

En savoir plus

FOCUS

La mémoire de la guerre civile divise toujours les Espagnols

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Disiz, dinosaure du hip-hop français

En savoir plus

EUROPE

Journée de deuil national en Russie après le crash de l'avion militaire

© Ekaterina Lyzlova, AFP | Le crash a suscité une vive émotion en Russie où les Choeurs de l'Armée Rouge sont considérés comme une fierté nationale.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/12/2016

La Russie marque lundi une journée de deuil national, au lendemain du crash d'un avion militaire en mer Noire, avec 92 personnes à son bord, dont 64 membres des Chœurs de l'Armée Rouge, considérés comme l'un des symboles du pays.

Sous le choc, la Russie observe, lundi 26 décembre, une journée de deuil national. La veille, un avion militaire russe s'est abîmé en mer Noire avec 92 personnes à son bord. 

Parmi les victimes figurent 64 membres de l'Ensemble Alexandrov, connu au cours de ses tournées à l'étranger sous le nom de Choeurs de l'Armée Rouge et qui faisait la fierté de la Russie. "L'Ensemble Alexandrov, c'est une carte de visite de la Russie", a déclaré le célèbre pianiste russe Denis Matsouïev, parlant de "terrible injustice".

Le président Vladimir Poutine a appelé à une "enquête soignée [...] pour déterminer les causes de la catastrophe". Une commission spéciale dirigée par le ministre des Transports, Maxime Sokolov, a aussitôt été créée à ces fins.

"Toutes les causes possibles [du crash] sont examinées", a annoncé le ministre, arrivé à Sotchi (sud-ouest) dimanche soir, tout en jugeant "prématuré" de parler d'une piste concrète, notamment de celle d'un attentat terroriste, tandis que des sources non identifiées ont donné différentes explications aux agences de presse russes, allant d'une défaillance technique à une erreur de pilotage.

La recherche des boîtes noires se poursuit

Les boîtes noires "n'ont malheureusement pas été retrouvées", a-t-il déploré, soulignant que les recherches continueraient lundi.

Pour sa part, le ministère de la Défense a affirmé que les recherches se poursuivraient "sans arrêt, 24 h sur 24" grâce à de puissants projecteurs installés dans la zone côtière et sur les bateaux.

Selon le ministère, le Tupolev Tu-154 a disparu des écrans-radars à 2 h 27 GMT, deux minutes après son décollage de l'aéroport de Sotchi, dans la commune d'Adler, sur les côtes de la mer Noire. Il se rendait à la base aérienne de Hmeimim, près de Lattaquié en Syrie.

Des débris de l'appareil ont été découverts à 1,5 km de la côte, à environ 70 m de profondeur, selon le porte-parole de l'armée russe, Igor Konachenkov. "Il n'y a pas de traces de survivants", a-t-il affirmé, précisant que plus de 3 000 personnes, dont une centaine de plongeurs, 32 bateaux, ainsi que cinq hélicoptères et des drones participaient aux recherches.

Seule une dizaine de corps a été retrouvée, a annoncé l'armée, soulignant que leur identification sera effectuée à Moscou.

"Une carte de visite de la Russie"

L'appareil parti de l'aérodrome de Tchkalovski, près de Moscou, avait fait escale à Sotchi pour être ravitaillé en kérosène. Il transportait 84 passagers et les huit membres de l'équipage, selon le ministère de la Défense. 

Des dizaines de personnes sont allées dimanche déposer des fleurs près de la salle de concert à Moscou, qui abritait les répétitions des Choeurs de l'Armée Rouge.

L'avion transportait également neuf journalistes des chaînes de télévision Pervy Kanal, NTV et Zvezda, deux hauts-fonctionnaires civils et la responsable d'une organisation caritative respectée en Russie, Elizavéta Glinka.

Cette dernière, connue du grand public sous le nom de "Docteur Liza", emmenait des médicaments destinés à l'hôpital universitaire de Lattaquié (nord-ouest) selon le Conseil consultatif pour les droits de l'Homme auprès du Kremlin.

Ils se rendaient en Syrie pour célébrer le Nouvel An avec les soldats russes, qui y sont déployés depuis septembre 2015 en soutien au régime de Bachar al-Assad, allié de longue date de la Russie.

Avec AFP

Première publication : 26/12/2016

  • TURQUIE

    Turquie : l'ambassadeur de Russie tué par balles à Ankara

    En savoir plus

  • SYRIE

    Syrie : la Russie, l'Iran et la Turquie décident sans Washington d'un cessez-le-feu "élargi"

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE 2017

    La Russie, acteur de la présidentielle française ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)