Accéder au contenu principal
Dans la presse

"Poussée migratoire anarchique ?"

France 24

Au menu de cette revue de presse française, mercredi 28 décembre, l’augmentation du nombre de demandeurs d’asile en 2016, la dénonciation des conditions de travail des caissières dans un supermarché Auchan, la caverne aux trésors des présidents et la disparition de Carrie Fisher et Vera Rubin.

PUBLICITÉ

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également sur votre PC en devenant fan sur Facebook

Au menu de cette revue de presse française, la hausse du nombre de demandeurs d’asile en 2016.

Le Figaro, qui a eu accès aux dernières statistiques, parle de 90 000 dossiers déposés, 10 % de plus qu'en 2015. D’après le journal, une demande d’asile sur dix, seulement, finit par aboutir, mais seulement 10 % des déboutés seraient effectivement renvoyés chez eux - un taux jugé "dérisoire", attribué notamment au manque de bonne volonté des pays dont sont originaires les demandeurs d’asile, comme l’Allemagne en a fait récemment la douloureuse expérience, avec le refus de la Tunisie de reconnaître Anis Amri, l’auteur de l’attaque de Berlin, comme l’un de ses ressortissants. La Chine, elle, refuse systématiquement de délivrer les laissez-passer consulaires sans lesquels aucun retour n’est possible. Le Figaro dénonce une "poussée migratoire anarchique" qui "non seulement menacerait (la) sécurité (des Français), mais déstabiliserait, aussi,  l’équilibre, déjà précaire, de (la société)". "Une nouvelle politique doit être mise en œuvre à l’échelle européenne, mais aussi à celle de la France", plaide le journal, qui demande la dénonciation des accords de Schengen et de Dublin et le rétablissement de contrôles stricts à l’intérieur des frontières de l’Europe, le conditionnement de l’aide aux pays d’origine des migrants à leur étroite coopération pour retenir les candidats au départ et accepter, sans exception, le retour des recalés, l’introduction de procédures de filtrage rapides, et sans recours, pour distinguer les réfugiés politiques des autres et aussi de nouveaux moyens pour contourner le droit des pilotes de lignes régulières à refuser d’embarquer des clandestins.

Les Français, eux, n’ont jamais été aussi nombreux à proposer d’accueillir les réfugiés, d’après le Parisien, qui évoque une démarche généreuse mais complexe, que l’État cherche à simplifier et à amplifier, notamment via le lancement d’un projet d’hébergement citoyen destiné à soutenir l’accueil de 1 300 réfugiés dans des familles bénévoles. Samir et son mari, Laurent, ont choisi d’accueillir Abdukltawfiq, un Afghan de 28 ans. Une décision mûrie à la lumière de l’histoire personnelle de Samir, psychiatre d’origine algérienne qui a dû patienter 15 ans avant d’obtenir la nationalité française. "Lors de notre rencontre avec Abdultawfiq, raconte-t-il, je lui ai demandé si ça le dérangeait de vivre chez des homosexuels, il m’a répondu : 'Vous croyez qu’il n’y en a pas en Afghanistan?'". Sa femme, elle, a trouvé refuge à Téhéran, en Iran,et n’a revu son mari qu’une seule fois en six ans.

Il est aussi beaucoup question du drame d’une caissière d’un supermarché Auchan, une jeune femme qui a fait une fausse couche peut-être liée à ses mauvaises conditions de travail. Fadila, 23 ans, raconte dans Libération avoir alerté sa hiérarchie de sa grossesse difficile, des nausées et des maux de ventre qui la tiraillaient. Le jour du drame, elle dit avoir prévenu ses responsables, avoir demandé à plusieurs reprises la permission d’aller aux toilettes, sans que personne ne l’y autorise. Quand la jeune femme se lève, en fin d’après-midi, son siège est couvert de sang, les pompiers arrivent trop tard. Alors que le magasin qui l’emploie avait déjà été épinglé par les syndicats, notamment lorsqu’une responsable de caisse avait été licenciée pour une erreur de 85 centimes d’euros, la CGT dit qu’elle va porter plainte, et accuse le magasin de fonctionner comme "un laboratoire du pire", dans un bassin d’emploi sinistré, Tourcoing, au nord-est de la France, où "les gens s’accrochent à leur boulot et où la direction en profite pour durcir les conditions de travail". "Quand un collègue est absent, il n’est pas remplacé, et la hiérarchie reporte la charge de travail sur ceux qui restent, organisant ainsi la concurrence entre salariés", raconte un syndicaliste. Libération évoque la "résonance très politique" de cette affaire, qui "éclaire d’un jour cru l’antienne conservatrice qui fait du code du travail le bouc émissaire des difficultés du pays. Simplifier. Assouplir dans certains cas ? Peut-être, écrit le journal, à condition que la réforme soit négociée patiemment, au niveau national et au niveau des branches, là où le rapport des forces entre syndicats et patronat reste équilibré. Pour le reste, la protection des droits dans le monde du travail reste un impératif catégorique. Vieil adage et toujours aussi vrai: entre le faible et le fort, c’est la règle qui libère et la liberté qui opprime".

Tout autre chose, à présent, une visite exclusive avec le Parisien. Pour la première fois, le journal a été autorisé à visiter l’endroit où sont gardés les cadeaux offerts au chef de l’État, une caverne d’Ali Baba où sont abrités notamment les quelque 2 500 présents offerts à François Hollande au cours de son mandat. La réserve Alma, au bord de la Seine, dans le très chic 7e arrondissement de Paris, recèle quelque trésors, un sabre en or serti de diamants et de bois rares offert par l’Arabie saoudite, un trône en peau de zèbre venu d’Afrique du sud, où encore la fameuse chapka kazakhe qui a tant fait parler d’elle. La seule chose que François Hollande devrait emporter lors de son départ de l’Élysée ne sera pas un objet mais un animal, la jeune Philae, une chienne labrador, offerte la Fédération des anciens combattants de Montréal.

Un mot, pour terminer, sur la disparition, mardi, de l’actrice américaine, Carrie Fisher, à l’âge de 60 ans. "La princesse Leia de Stars Wars a rejoint les étoiles", salue le Figaro. L’actrice américaine est entrée dans la légende grâce aux macarons d’une coiffure médiévale et à un bikini doré. L’astronome Vera Rubin, elle, avait prouvé l’existence de la matière noire, qui constitue près de 85 % dans l’univers. Après sa mort, dimanche dernier, le Monde revient sur le parcours de cette pionnière américaine, une immense chercheuse, qui fut aussi une grande figure féministe, et a beaucoup œuvré pour pousser les jeunes filles vers la science.

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française(du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale(du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.